mai 28, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Les enfants pleurent et les parents se réjouissent (vidéo)

Le Japon est « noyé » dans les larmes des enfants – le pays accueille le festival Naki Sumo.

La lutte des bébés qui pleurent, comme on appelle autrement le festival traditionnel de sumo Naki, a déjà environ 400 ans, et ce n’est que depuis quatre ans qu’elle n’a pas eu lieu en raison de la pandémie de coronavirus.

Des compétitions inhabituelles pour les Européens ont lieu dans le temple Senso-ji à Tokyo et dans d’autres villes. Les bébés de moins d’un an sont encouragés à pleurer dans un ring de sumo, et le gagnant est le plus bruyant. Habituellement, les lutteurs de sumo les tiennent dans leurs bras, mais cette année, toujours à cause du covid, les enfants ont été emmenés à la cour de récréation par leurs parents.

Le concours est jugé par un prêtre. Sur ses ordres, les lutteurs (et cette année, papa ou maman) se mettent à émettre des sons étranges et à faire des grimaces pour que l’enfant ait peur et pleure. Les bébés les plus intrépides et persistants qui ne veulent pas pleurer peuvent également être influencés par le juge, portant un masque de démon effrayant.

Selon les croyances japonaises, les pleurs d’un bébé effraient les mauvais esprits, et plus ils sont forts, plus les dieux ont doté l’enfant de pouvoir, plus le bébé sera en bonne santé. Des compétitions ont lieu chaque année pendant la « Golden Week » printanière, symbolisant l’apogée du printemps. Le festival coïncide avec la fête nationale japonaise, la Journée des enfants.



Source link

Verified by MonsterInsights