mai 29, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

"Tout va bien, belle marquise"


Il y a quelques jours, Kyriakos Mitsotakis, s’exprimant devant le Parlement, a voulu convaincre le peuple grec que tout est à blâmer. le changement climatique et le phénomène « d’auto-inflammation nocturne », qui serait responsable de 150 000 hectares de terres brûlées. Mais les scientifiques sont d’un avis différent.

Commenter la chaîne tvxs Discours du Premier ministre hierdans lequel il tentait de mettre en doute les preuves scientifiques et de blâmer la météo, Kostas Lagovardos, directeur de recherche à l’Observatoire national d’Athènes, a déclaré que « ces incendies n’ont rien d’extraordinaire par rapport à d’autres exemples, il n’y a rien c’est étrange à leur sujet avec leurs conditions. »

Selon M. Lagovardos, « la superficie brûlée par rapport à la moyenne des 15 dernières années déclarée par le Service européen des incendies de forêts dans d’autres pays était bien inférieure à celle de la Grèce, ce qui est énorme ».

Lorsque le service compétent a publié l’annonce, ce chiffre était de 195 %. Même sans l’incendie d’Evros, nous aurions deux fois plus de terres brûlées que la moyenne européenne.

Le point de vue scientifique, contrairement aux déclarations du Premier ministre selon lesquelles « il n’y a pas eu d’incendie sur Evros », a également été exprimé par Theodoris Giannaros. « La combustion spontanée est créée par le feu lui-même, qui dégage une énorme quantité de chaleur. Il réchauffe l’air et le fait monter très rapidement. Et lorsque l’atmosphère est instable, c’est-à-dire qu’elle favorise ces mouvements verticaux, l’air ascendant crée ces nuages. C’est un phénomène extrême », a-t-il expliqué.

140 mille hectares de cendres

Le laboratoire de télédétection de la Fondation Hellas pour la Recherche et la Technologie reflète dans son rapport l’ampleur des destructions causées par les incendies jusqu’à présent : près de 150 000 hectares de terres brûlées – c’est le triste résultat de cet été, et en seulement un mois et un moitié, 2,5% de la végétation du pays a été détruite.

L’ancien vice-ministre de l’Intérieur S. Petsas constate la « politisation » de l’Observatoire national d’Athènes, ce qui, selon lui, ne lui plaît pas du tout. Dans le même temps, S. Petsas a tenté de les « annuler » avec ses déclarations, les mettant en doute, mais les preuves sont inexorables et l’ensemble du gouvernement, semble-t-il, n’a tout simplement pas eu le temps de réagir, à la suite de quoi les anciens « poumons » forestiers du pays sont désormais en cendres.

Jour 15 du brûlage de la forêt de Dadias

A 16h25 le samedi 2 septembre, un message a été envoyé aux habitants de Lefkimmi sur le 112 leur demandant d’être vigilants en cas d’incendie de forêt dans leur secteur, et selon l’adjoint au maire de Soufli, l’évacuation des habitants a déjà commencé.

Les forces de lutte contre les incendies travaillent sur des poches actives dispersées à proximité des zones de Soufli, Karyofilia, Dadia et Giannouli. Depuis samedi matin, les moyens aériens déversent de l’eau en continu et des forces très importantes travaillent depuis le sol – plus de 500 pompiers.

Actuellement, les forces de lutte contre les incendies sont contraintes de combattre sur trois fronts, dont le plus important est celui qui continue de brûler au nord de l’ancien parc national de Dadia. Selon l’ERT, un autre front continue de brûler à l’ouest de Soufli, tandis qu’un autre refuse de se calmer dans la région de Kotronia.

Il n’y a pas de front actif en direction des régions de Jannuli et Sidiro et six avions de lutte contre les incendies opèrent depuis la matinée dans la région à l’ouest de Soufli. Il y a une épaisse fumée dans cette zone, le vent la pousse vers les colonies. La rivière au nord de Dadia pourrait être un barrage anti-incendie, mais il n’y a pas d’eau dedans.





Source link

Verified by MonsterInsights