avril 21, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Thessalie : "Nous sommes détruits pour toujours"disent les locaux


Magnesia, Larisa, Karditsa et le nord d’Eubée se sont retrouvés sans défense face aux pluies d’automne en raison du manque de travaux de contrôle des inondations. Et après 20 jours qui se sont écoulés depuis la catastrophe précédente, ils attendent la fin du mal, à cause duquel toute la Thessalie a pris 40 ans de retard en matière de développement.

Des zones ont été laissées sans électricité, des maisons et des entreprises ont été « submergées » dans des eaux boueuses, des villages ont été isolés, des voitures ont été emportées.

Si les ministres, les gouverneurs régionaux et les maires ne pensent qu’à leurs poches et non à la mise en œuvre de projets pour le bénéfice des citoyens, alors ce que nous voyons aujourd’hui et ce que nous avons vu il y a vingt jours se produira.

Parce qu’à chaque fois on nous dit qu’à cause du « changement climatique » les arbres ont brûlé et que le sol n’a pas pu absorber l’eau, car c’est parce que les arbres ont brûlé qu’on se retrouve avec des inondations.

Il n’en est rien, comme le montre clairement l’exemple de la Thessalie et surtout de la Magnésie. La question dans un état normal est : qui va en prison en premier ? Mais en Grèce, tout est différent. Les hommes politiques démissionnent pour occuper un nouveau poste dans quelques mois seulement…

Volos « étouffe » depuis hier soir et Pélion-du-Sud se retrouve sans routes

À Volos, des milliers de familles passeront une deuxième nuit consécutive sans électricité ni eau, de nombreux commerces boueux n’ont pas ouvert vendredi et des milliers de travailleurs auront du mal à se rendre sur leur lieu de travail en raison de problèmes de réseau routier.

La situation d’urgence se reflète également dans les 1.520 appels reçus par le centre opérationnel des pompiers entre mercredi matin et jeudi 18 heures. La rivière Craydinosas a débordé pour la deuxième fois en 20 jours, laissant la ville inondée de boue.

Quelqu’un doit être tenu responsable de ce qui s’est passé – pourquoi les travaux de protection contre les inondations n’ont pas été effectués, ce qui a entraîné l’inondation de la préfecture de Magnésie, sans parler de la Thessalie dans son ensemble.

Elle a été inondée il y a à peine trois semaines, et pourtant ils ont le culot de parler de précipitations sans précédent tout en essayant de dissimuler leur inefficacité criminelle en invoquant la « crise climatique ».

Et pourquoi les amis du Premier ministre n’ont-ils pas fait part aux habitants de la préfecture du près d’un demi-milliard d’euros qui leur étaient alloués pour les travaux de lutte contre les inondations ? Et où sont ces œuvres ? Jusqu’à présent, seuls les résultats du fait que ces travaux ne sont pas terminés sont visibles. Le bureau du procureur doit ouvrir une procédure pénale concernant les décès et les dommages matériels causés par la négligence et la corruption.

Et ils doivent être ouverts à tous les fonctionnaires occupant des postes qui, dans le cadre de leurs fonctions, étaient responsables et contrôlaient ces domaines de travail. En outre, la responsabilité ne devrait pas être seulement politique, mais aussi pénale.

Les villages de Volos resteront sans eau pendant une semaine à 10 jours

Répondant à une question sur le surpeuplement de Kraysidonas et Xyria et si elles avaient été évacuées, le Premier ministre a déclaré que, d’une part, c’était… la responsabilité de la périphérie, demandant un changement de régime et le transfert de responsabilité envers les municipalités.

Au même moment, à Pélion, la boue recouvrait tout et le réseau routier subissait de nombreux désastres. Selon Thesstoday, aujourd’hui, de Chorto à Milina et Platanias, l’image évoque des larmes de désespoir : des routes détruites, des tonnes de terre, des cris de victimes.

Images de destruction à Volos

Dans le même temps, Volos connaît de sérieux problèmes d’approvisionnement en eau et de réseau routier. Ano Volos est coupée du transport car le mauvais temps a causé de graves dommages au réseau routier.

À plusieurs endroits, l’asphalte s’est fendu en deux, des glissements de terrain se sont produits et des poteaux électriques sont tombés. Sur le périphérique de la ville menant aux villages de Pélion (Makrinitsa, Portaria), la rivière Anavros est sortie de son lit, causant d’importants dégâts au réseau routier. Certaines parties des routes ont « disparu » après que les eaux tumultueuses ont emporté la surface de la route, coupant les communications entre les communautés locales.

Les voitures étaient coincées sur les berges de la rivière et presque entièrement ensevelies sous des tonnes de boue et de débris. Dans la municipalité d’Almyros, les dégâts les plus importants se sont produits dans la région de Pteleos, notamment à Agios Dimitrios, Achilleion et Pteleos. Agria Volos a reçu la plus grande quantité d’eau des crues de la rivière Kraisidonas.

Toute la zone vers Agria, Ano et Kato Lechonia, ainsi que tout le sud du Pélion, restent coupés des routes en raison de la destruction complète du revêtement routier.

Les voitures sont sous des tonnes de saleté et de débris.

De belles zones idylliques, les seules de toute la Grèce où les montagnes et la mer se combinent d’une manière aussi belle et pittoresque, des zones qui ont été épargnées par le bétonnage, perdues dans la boue des mensonges et de la tromperie politique. L’hôpital Achillopoulio de Volos a également subi des dégâts importants : les sous-sols et d’autres pièces ont été inondés, heureusement pas les services où les patients sont hospitalisés.

Jusqu’à deux mètres d’eau boueuse ont atteint le village de Sotirio à Larisa

Le village, qui a également souffert de la première « vague » de pluies d’automne, a été évacué mercredi soir, mais cinq personnes ont refusé de partir et sont restées. Même si le niveau de l’eau reste dangereux, ils auraient été transférés dans un magasin municipal du village car ils refusaient de partir, et des bateaux seraient utilisés pour leur fournir de la nourriture et de l’eau.

Une grande partie du nord d’Eubée reste privée d’électricité et d’eau en raison des dégâts causés au réseau par les tornades qui l’ont submergé. Les plus grands problèmes sont observés à Roviesa, Mandudi et Kimasi.



Source link

Verified by MonsterInsights