juillet 21, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Un grand rassemblement avec un concert en soutien au peuple palestinien a eu lieu à Athènes


Le rassemblement, auquel ont participé, selon diverses estimations, au moins 15 000 personnes, a eu lieu le dimanche 5 novembre sur la place centrale d’Athènes. Des musiciens grecs et étrangers se sont produits devant les participants au rassemblement, chantant des chants de soutien au peuple palestinien, puis les manifestants ont marché vers l’ambassade israélienne.

Avec les couleurs du drapeau palestinien sur des banderoles, avec des images montrant « dans quel enfer vit le peuple de Gaza », avec l’exigence de « Liberté pour la Palestine » sur les lèvres, des milliers de personnes, travailleurs, étudiants et écoliers, syndicalistes et Bien entendu, les Palestiniens vivant ou étudiant en Grèce ont manifesté leur solidarité avec la Palestine et ont en même temps condamné la participation de la Grèce à ce massacre, son soutien à un « État tueur, sa participation aux plans sanglants d’Israël, des États-Unis et de la Grèce ». UE« .

Un grand rassemblement organisé par des syndicats et des organisations de gauche a commencé depuis la place centrale d’Athènes – Syntagma. Là, les participants ont rejoint des artistes interprétant une « chanson pour la Palestine ».

« Des gens de tous âges ont joint leurs voix aux artistes qui ont chanté une « chanson pour la Palestine », une chanson en soutien à la juste lutte de son peuple pour une patrie libre et indépendante », écrit 902.gr.

Le rassemblement a débuté par un discours de l’ambassadeur palestinien Youssef Dorhom, qui a salué des milliers de manifestants et transmis les salutations militantes des Palestiniens au peuple grec.

Ensuite, un message de Mohamed Amanadi, commissaire chargé des organisations populaires et des syndicats de Palestine, a été lu.

Exigence: « Arrêtez tout soutien grec à l’État terroriste d’Israël », a souligné George Stefanakis, du Syndicat des travailleurs de l’alimentation et du tourisme de l’Attique, dans son discours lors du rassemblement..


Un moment particulièrement émouvant a été celui où deux jeunes enfants portant un foulard palestinien, parlant en arabe et en grec, ont parlé de la vie des enfants à Gaza et de ce qu’ils vivent des bombardements israéliens, ceux qui survivent…


Aperçu

Dans une démonstration symbolique de brutalité et de crimes contre le peuple palestinien, les manifestants ont placé sur le trottoir devant le parlement des mannequins de jeunes enfants enveloppés de la même manière que dans les images poignantes de la bande de Gaza, ainsi que des piquets condamnant l’abstention du gouvernement grec. d’accepter la résolution de cessez-le-feu de l’ONU.


Le concert a débuté avec l’interprétation par le groupe de « Ρωμιοσύνη », l’hymne palestinien, écrit par Mikis Theodorakis à la demande de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). C’est ce thème musical avec des paroles de Tasos Livaditis qui compose la chanson « They Were Once Two Friends ». Deux amis qui « bâtissent des châteaux » avec leurs rêves et leur mort. La suite a été donnée par des œuvres plus appréciées du grand compositeur. « Nous sommes deux, nous sommes trois, nous sommes mille treize », « Quand ils se serrent la main, le soleil a confiance en la paix », « Cette terre est à eux et à nous », a chanté le groupe avec les participants à l’action. .

Le relais a été passé aux musiciens « Υπεραστικοί ». Les artistes, connus pour leurs réponses toujours sensibles à l’injustice et à l’oppression, à la pauvreté et à la guerre, n’ont pu s’empêcher de présenter les chansons qu’ils ont écrites sur la Palestine. Pour son peuple, qui combat « à deux mains », résiste « avec un seul corps » et qui, par cette résistance, devient « le germe de la liberté ».

Ensuite Dionysis Tsaknis a chanté la chanson « Μπαλαμό » pour tous ceux qui « avec leurs mains et leur cœur » « éclairent leurs rêves ». Depuis le podium du concert, il a exprimé sa solidarité avec la lutte du peuple palestinien jusqu’à ce qu’il trouve une patrie, et à travers ses paroles, il a assuré au nom de tous les manifestants : « Même si j’ai des conséquences en vertu de la loi, vous ne m’aurez pas. comme complice d’un meurtre. » .

« Quand nous parlons de justice, le chemin sur lequel nous marchons a et ne peut pas avoir de fin », a souligné le groupe « KollektivA », menant la foule avec la chanson du même nom (« La route que je prends »). Ils avaient auparavant accueilli les millions de manifestants à travers le monde, s’empressant de dire qu’ils se joignaient à eux. « Il arrive un moment où vous devez faire un choix entre le bien et le mal. Nous l’avons fait. Je sais que vous l’avez fait aussi », a déclaré KollektivA depuis la scène et a poursuivi en disant « De quel côté êtes-vous ? »

« Magic de Spell » a pris sa place sur la scène avec la chanson « Apo far », sortie en 2005, mais ses paroles sont toujours d’actualité. « Qui vas-tu encore tuer de loin, qui va maintenant mourir au loin ? » – ont-ils demandé en critiquant la politique qui saigne les nations. « Criez, nos vies sont perdues, disparues. Dissoudre la poussière qui recouvre la lumière » : les paroles sur la mort allant « se reposer à Sarajevo » sont tout aussi pertinentes dans leur essence, même si aujourd’hui la destination du carnage s’est déplacée vers la Palestine et Moyen-orient.

Immédiatement après, la scène s’est remplie des rimes de « Common Mortals », qu’ils ont consacrées à la lutte palestinienne. Alors que la foule suivait leurs battements effrénés, ils ont dénoncé « le système qui a donné naissance au deuil », précisant que lorsque nos semblables tombent morts, « notre silence est notre complicité ». Des milliers de voix se sont unies pour chanter pour les « peuples du monde » et en particulier pour « nos frères et sœurs » qui sont une fois de plus « gazés en Palestine ».

Le groupe « Revans » a lancé une invitation à voyager en utopie et, avec Rita Antonopoulou, ils ont interprété la chanson « Mikrokosmos » avec des paroles de Nazim Hikmet et une musique de Thanos Mikroutsikos. Pour le peuple de Palestine qui est « privé de son corps pour marcher » et « enchaîné ».

Après le concert, une procession a eu lieu jusqu’à l’ambassade d’Israël.

Le nombre de participants au rassemblement est indiqué par le fait suivant : lorsque la tête du cortège est arrivée à la salle de concert Megaro Musici, les derniers manifestants quittaient la place Syntagma.


Devant l’ambassade américaine, les manifestants ont scandé « Les Américains sont les tueurs du peuple » et « Ce crime a une signature – l’OTAN, l’UE et les Israéliens », « Pas de participation, pas d’implication, à bas l’OTAN et les Américains ».


La marche s’est terminée devant le bâtiment de l’ambassade israélienne, qui a été bloqué par les forces de police grecques du MUΑΤ. Les participants à la marche de protestation ont scandé « Palestine libre » et les étudiants défilant devant l’ambassade israélienne ont scandé « Des meurtriers aux meurtriers ».

Édition du KKE de Grèce 902.gr a indiqué que des rassemblements de soutien au peuple palestinien avaient également eu lieu à Kavalé, La Canée et d’autres villes de Grèce.



Source link

Verified by MonsterInsights