avril 20, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

SYRIZA "en feu": Kasselakis veut un « référendum » pour expulser les membres historiques


Le chef du principal parti d’opposition Syriza, Stefanos Kasselakis, a annoncé vendredi un « référendum » au cours duquel la base du parti déciderait si quatre de ses membres devaient être expulsés du parti.

Dans un message sur les réseaux sociaux, il s’est adressé « le peuple grec » et « la majorité significative du pays qui souhaite une solution alternative au gouvernement Mitsotakis-Voridis-Velopoulos* ».

Il a souligné que « ne reculera pas » face à l’opposition interne de SYRIZA et a annoncé le « référendum« sur l’expulsion du parti membres historiques (Philis, Skourletis, Voutsis et Tzoumakas, ancien membre du PASOK), qui l’ont critiqué sur de nombreux points. Il a en outre déclaré que « demandera au Comité central de décider d’organiser un référendum directement par les membres et amis du parti, à l’exclusion des quatre membres du parti qui nous ont tous cruellement insultés. » « Si le Comité central refuse, j’organiserai un référendum à la demande de 15 % des membres de SYRIZA, comme le prévoit notre charte. »a-t-il conclu.

L’initiative de Kasselakis d’organiser un référendum a suscité l’indignation non seulement parmi ses opposants au sein du parti, mais aussi parmi ses propres partisans, comme Nikos Pappas. Des fuites médiatiques affirment que même l’ancien Premier ministre et ancien dirigeant de Syriza, Alexis Tsipras, qui soutenait sa candidature, était en colère contre lui. Selon les médias vendredi soir, des membres du Comité central de Syriza envisagent également « vote contre Kasselakis ». « Voter ainsi ne me concerne pas »– aurait commenté le leader de SYRIZA.

L’expatrié Stefanos Kasselakis a été élu chef du parti lors d’un vote direct des membres du parti en octobre. L’homme apolitique de 36 ans a rejoint le parti historique de gauche grec comme une comète venue de l’espace. Depuis, il parcourt le pays à la manière d’un autoproclamé « souverain selon la volonté de Dieu », « messie » ou qui il pense être.

Après les premiers signes du comportement autoritaire de Kasselakis, de nombreux partisans de Syriza ont parié qu’il retournerait aux États-Unis d’ici février 2024. D’autres suggèrent qu’il est apparu de manière inattendue, pour détruire SYRIZA déjà ébranlé. En fait, il ne se rendra peut-être même pas au référendum, puisque Skourletis et Voutsis ont annoncé leur départ du parti vendredi matin, et lundi prochain, SYRIZA ne ​​sera plus le même. Leur intention de quitter le parti a été annoncée par la faction Umbrela, dirigée par l’ex-ministre des Finances Euclide Tsakalotos. Environ 1 300 membres de la faction ont signé et publié jeudi une lettre dans laquelle ils nomment Kasselakis. « escroc ».

*Mitsotakis est le chef de la Nouvelle Démocratie au pouvoir, Voridis est l’un de ses ministres et Velopoulos est le chef du parti d’opposition Solution grecque…

PS Pendant ce temps, Alexis Tsipras compte l’argent qu’il a reçu pour la vente de son poste et se frotte les mains, se répétant à voix basse : « Vous allez regretter mon départ »…





Source link

Verified by MonsterInsights