mai 23, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

La septième plainte concernant le « Dragon d’Exarchia ». «J’ai eu des convulsions», raconte le prisonnier


Une autre femme a comparu devant les autorités hier, le 22 novembre, pour signaler avoir été attaquée par le « Dragon d’Exarchia », âgé de 23 ans, qu’elle a identifié. En conséquence, le nombre d’attaques qu’il a commises est passé à sept.

Rappelons qu’à l’heure actuelle cinq femmes, ainsi qu’une fille mineure, ont dénoncé le pervers. « J’ai eu des crises de désir intense d’avoir un contact avec une femme », aurait déclaré l’homme à la police après son arrestation. Selon iefimerida.gr, il est prévu qu’une nouvelle plainte, la septième, s’ajoute à l’affaire pénale portée contre lui.

7ème plainte

Selon le témoignage d’une femme de 31 ans, tout s’est passé le 16 novembre, encore une fois dans la région d’Exarchia. Selon la victime, elle a été agressée par un Syrien. L’homme l’a poursuivie et a tenté de l’attaquer dans une rue animée du centre d’Athènes. Selon la victime, elle a couru effrayée et a demandé de l’aide aux passants, après quoi l’agresseur a arrêté de la poursuivre et a disparu dans les ruelles environnantes.

Rappelons que le « Dragon d’Exarchia » a été remis au procureur hier (22/11) dans l’après-midi et qu’une affaire pénale a été ouverte contre lui pour viol. Le procureur a porté plainte pour viol (commis et tenté), ainsi que pour agression sexuelle sur mineure. Dans le même temps, une procédure pénale a été ouverte au titre des articles de coups et blessures et menaces.

Il peut y avoir d’autres femmes victimes « Dragon d’Exarchia ». La police pense que cela pourrait être ne sont pas ses seules victimes, et que si sa photographie était rendue publique (ce qui nécessite une ordonnance du procureur), de nouvelles plaintes pourraient surgir.

enquête administrative sur le non-respect des conditions restrictives imposées à un citoyen après sa sortie de prison en août 2023, en cours. Par arrêté du ministre de la Protection des citoyens Yiannis Ikonomou le chef du commissariat d’Oropos a été démis de ses fonctions, où le gars devait se rendre trois fois par mois, ce qu’il n’a jamais fait après sa sortie de prison.

« Dragon » est illégalement en Grèce
Parallèlement, il s’est avéré qu’à partir du 2 avril 2021, il était dans notre pays illégalement, depuis l’expiration de son titre de séjour, qu’il n’a jamais renouvelé. Quant aux conditions restrictives qui lui étaient imposées, la seconde concernait son séjour obligatoire à la prison de Malakas, qui n’a jamais été remplie.

La personne arrêtée devrait témoigner devant l’enquêteur vendredi (24/11) à 11h00.



Source link

Verified by MonsterInsights