mai 23, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Décembre pourrait être historique pour l’Ukraine ou un cadeau pour la Russie


Sommet des chefs d’État et de gouvernement UE en décembre, qui vise à démontrer le soutien européen à l’Ukraine, pourrait bien s’avérer être un cadeau de Noël pour le président russe Poutine.

Le sommet aura lieu dans deux semaines et les experts tentent de prédire s’il se poursuivra comme d’habitude ou s’il sera l’un des plus courts jamais organisés, étant donné les nombreuses différences entre les pays membres. Non seulement le principal obstacle est la menace de Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, de bloquer l’aide de l’UE à l’Ukraine et son adhésion à l’Union européenne. « Nous nous dirigeons vers une crise grave », a déclaré un responsable européen avant la réunion de la mi-décembre. Un haut diplomate européen a prévenu que ce Conseil pourrait devenir « l’un des conseils européens les plus difficiles à ce jour ».

Comment rapports Selon l’édition DR, il est prévu qu’en décembre, lors du sommet des États et des gouvernements de l’UE, des décisions seront prises qui lieront étroitement l’Ukraine et l’Union européenne. Mais en raison de désaccords, les pays du bloc pourraient parvenir à un compromis, ce qui constituerait un énorme cadeau pour le président de la Fédération de Russie, note l’article, et pour Kiev, une défaite tangible.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil européen, Charles Michel, ont présenté en décembre leurs plans visant à démontrer le large soutien de l’UE à l’Ukraine déchirée par la guerre.

Si la Première ministre Mette Frederiksen, le président Macron, le chancelier Scholz et d’autres dirigeants de l’UE prennent une mesure formelle pour entamer les négociations d’adhésion de l’Ukraine et promettent au pays des milliards de dollars de soutien sur plusieurs années, ce sera un événement historique pour l’Ukraine et en même temps une « surprise » extrêmement désagréable pour le président Poutine et les dirigeants du Kremlin. À l’ordre du jour du sommet de décembre concernant l’Ukraine :

  1. Les dirigeants de l’UE doivent décider d’entamer des négociations sur l’adhésion de l’Ukraine à l’UE.
  2. Les dirigeants européens doivent accepter la réforme du budget européen afin de garantir que 50 milliards d’euros soient alloués au soutien de l’Ukraine au cours des trois prochaines années.
  3. L’UE doit adopter le 12e paquet de sanctions visant la Russie et ceux qui aident la Fédération de Russie dans son invasion de l’Ukraine.
  4. Décembre devrait être le mois où les Européens démontreront que l’Ukraine peut continuer à compter sur un soutien militaire à grande échelle.

Mais les projets restent des projets et les obstacles se multiplient. Il existe un groupe croissant de dirigeants politiques dans les cercles européens qui doutent que l’Ukraine puisse gagner la guerre et pour qui leur propre agenda politique est plus important que de soutenir l’Ukraine.

La décision la plus symbolique et historique du sommet européen de décembre sera évidemment la décision formelle d’entamer des négociations avec l’Ukraine sur une future adhésion à l’UE. Le symbolisme deviendra tangible, note la publication, si 27 chefs d’État et de gouvernement européens se lèvent à Bruxelles et déclarent solennellement qu’ils font désormais les premiers pas pour inclure l’Ukraine dans la famille européenne. Et au palais présidentiel de Kiev, une telle déclaration pourrait apporter un soutien moral important au cœur d’un hiver froid, alors que les attaques russes semblent s’intensifier.

Une véritable décision d’entamer des négociations avec l’Ukraine peut être prise en pratique sans grands frais. S’il y a une volonté politique. Mais il apparaît clairement que l’aide à la décision n’est pas complète. La critique la plus évidente émane du Premier ministre hongrois, qui suscite une réelle inquiétude quant à savoir s’il empêchera une décision du sommet européen de décembre d’entamer des négociations avec l’Ukraine. écrit politique. L’inquiétude est telle que le président de l’UE, Charles Michel, s’est rendu à Budapest pour discuter de la question en privé avec Viktor Orban.

Toutefois, Orbán n’est pas le seul à être sceptique. L’Autriche, par exemple, a lié la décision de négocier l’adhésion de l’Ukraine à l’UE à la décision d’entamer également des négociations avec la Bosnie-Herzégovine. La Slovaquie est mécontente de cette décision. La Pologne s’inquiète de plus en plus des conséquences de l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Certains pays de l’UE estiment, dans une plus ou moins grande mesure, que la décision d’entamer les négociations d’adhésion avec l’Ukraine a été prise très rapidement.

Comment vont se terminer les désaccords internes ? Un compromis classique de l’UE serait de retarder le début des négociations d’adhésion de l’Ukraine du sommet de décembre jusqu’à la prochaine réunion prévue en mars. D’ici là, la Commission européenne préparera un autre rapport sur les progrès de l’Ukraine sur la voie de l’adhésion à l’UE.

Si l’on suit la logique classique de l’UE, ce ne sera pas un grand désastre. Mais pour Kiev, un compromis avec l’UE serait une énorme défaite, et pour le Kremlin, une grande victoire. L’arme la plus importante du président Poutine est désormais de poursuivre la guerre, puis d’espérer que les changements dans le paysage politique de l’Europe et des États-Unis feront le reste pour que la Russie mette fin à la guerre victorieuse.

L’arme la plus importante de Poutine dans la guerre contre l’Ukraine est ce que les diplomates à Bruxelles appellent « la patience stratégique de Poutine ». La Russie continue la guerre jusqu’à ce que les États-Unis et l’Europe perdent leur désir de continuer à soutenir l’Ukraine.



Source link

Verified by MonsterInsights