avril 13, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Ukraine: "Nous avons besoin de personnes motivées de moins de 40 ans"


Malgré de lourdes pertes, la Russie poursuit ses opérations d’assaut sur le front oriental. Les troupes ukrainiennes manquent de combattants.

Vingt-deux mois après le début de la guerre, l’armée ukrainienne, selon des responsables militaires, a du mal à trouver des recrues à envoyer au front. Le commandant du bataillon de la 24e brigade mécanisée, le major Alexander Volkov, déclare : citations euronews :

« Nos unités manquent de personnel. Nous avons besoin de personnes motivées de moins de 40 ans. »

Le général Syrsky affirme que, malgré de lourdes pertes, la Russie poursuit ses opérations d’assaut sur le front oriental. Un nouvel hiver d’une guerre épuisante s’annonce et les forces armées ukrainiennes ont de plus en plus de mal à contrer numériquement l’armée russe, qui n’a pas l’habitude de commenter ses pertes – probablement énormes –. C’est l’avantage que la Fédération de Russie a toujours eu sur les forces armées ukrainiennes : plus d’effectifs, ainsi que la possibilité d’envoyer un nombre illimité de personnes – quelle que soit leur état de préparation au combat – combattre et mourir au front.

Selon Global Firepower, en 2023, l’armée ukrainienne compte environ 500 000 militaires, dont 200 000 en service actif. À titre de comparaison, la Russie compte environ quatre fois plus de militaires – 1 330 900 – et 250 000 réservistes, soit le même nombre que l’Ukraine. Volkov dit :

« Notre société est probablement induite en erreur par certains médias qui prétendent que tout va bien dans les forces armées ukrainiennes, que nous sommes en train de vaincre l’ennemi et que la victoire est proche, mais tout n’est pas si simple. L’ennemi est vraiment très fort, très puissant. … Et nous faisons tout pour le contenir et le vaincre. »

Malgré d’importantes pertes en personnel et en matériel, les Russes ont repoussé la contre-offensive estivale des forces armées ukrainiennes et ont aujourd’hui le sentiment de tenir la ligne de front, comme en témoignent les récents commentaires de Vladimir Poutine sur l’évolution de la guerre. Alexandre Syrsky, chef des forces terrestres ukrainiennes et commandant des troupes sur le front oriental, a écrit mardi sur les tentatives offensives russes dans les directions de Koupiansk, Limansk et Bakhmut :

« La situation est difficile. Nous devons combattre dans des conditions de supériorité de l’ennemi, tant en armes qu’en nombre d’hommes. La plus grande valeur pour nous est la vie de nos soldats. »

L’Ukraine continue de lutter pour sa liberté et l’intégrité de son territoire, mais de moins en moins de soldats rejoignent les rangs des forces armées, affirment des responsables militaires et des responsables. Le lieutenant Igor Prokopyak, commandant de compagnie, déclare :

« Au début de la guerre, tout se passait sous l’effet de l’adrénaline, tout le monde était dans une sorte d’exaltation, tout le monde avait envie de se battre. Mais avec le temps, tout a changé. Les gens avaient accès aux réseaux sociaux, ils voyaient le côté terrible et cruel de la guerre. guerre. L’adrénaline initiale a disparu, le cerveau s’est allumé, les gens ont commencé à craindre pour leur vie.

L’âge moyen des soldats au front a augmenté, explique Volkov : 40 % des effectifs de son unité sont des personnes âgées de 45 ans et plus. Ceux qui ont déjà servi deux ans au front sont épuisés, mais faute de recrues, ils ne sont pas remplacés. Fin novembre, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé qu’une réforme des pratiques de conscription militaire était en cours pour tenter de renforcer sa force de combat, en coopération avec des sociétés de recrutement commerciales.

Mardi, le chef de la diplomatie britannique David Cameron, lors de sa visite en France, a déclaré que Londres et Paris soutiendraient l’Ukraine « aussi longtemps que nécessaire ». Il a noté:

« Je n’ai aucun doute sur le fait que Poutine perdra la guerre, et il est très important que cela se produise. Le premier acte [путинского поражения] il y a eu l’échec retentissant de la Russie à atteindre ses objectifs. Le deuxième acte fut la résistance tout aussi stupéfiante des Ukrainiens, qui repoussèrent les Russes. Maintenant se déroule le troisième acte, il est plus complexe. Le quatrième acte n’est pas encore écrit et nous devons veiller à la fin correcte. »

Catherine Colonna, sa collègue française, a souligné qu’en matière d’aide à l’Ukraine, la France et la Grande-Bretagne vont « de pair » :

« Nous espérons que cette coopération continuera à se renforcer. Ce n’est pas seulement le sort de l’Ukraine qui est en jeu, mais aussi la sécurité de l’ensemble du continent européen. »

Le soutien constant des alliés de l’Ukraine est considéré comme crucial pour la capacité du pays à continuer de lutter contre l’invasion russe. Une aide financière et militaire supplémentaire des États-Unis est actuellement bloquée au Congrès et la semaine dernière, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a bloqué un programme d’aide de plusieurs milliards de dollars en faveur de Kiev. UE.



Source link

Verified by MonsterInsights