avril 13, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Cosco : la compagnie a cessé d’amarrer ses navires dans les ports israéliens


Le géant chinois du transport maritime COSCO Shipping a cessé d’amarrer ses navires dans les ports israéliens, a rapporté le site financier israélien Globes dans un article publié le 7 janvier 2024.

L’entreprise, la quatrième plus grande compagnie maritime de conteneurs au monde, qui représente environ 11 % du commerce mondial, a pris cette décision bien qu’elle ne soit pas particulièrement menacée en mer Rouge en raison du fait qu’elle appartient à la Chine et parce que ses liens avec l’Iran, qui collabore avec les rebelles Houthis au Yémen.

Conséquences

Outre l’impact sur le commerce entre l’Extrême-Orient et Israël, la décision de COSCO est également importante car elle s’associe à la compagnie maritime israélienne ZIM, qui devra désormais exploiter davantage de navires sur les routes commerciales d’Extrême-Orient, ce qui pourrait entraîner une hausse des taux de fret. car XIM connaît une pénurie de navires.

Le deuxième impact direct concernera le port de Haïfa, exploité par une autre entreprise publique chinoise, SIPG. Le port dépend en grande partie des postes d’amarrage des navires COSCO entrants.

L’Iran et la Chine

Les Houthis menacent d’attaquer les navires de toute entreprise se rendant en Israël, mais la Chine est l’acheteur de 90 % du pétrole exporté par l’Iran. Par conséquent, les chances que les Houthis ciblent les navires de la compagnie publique chinoise sont très faibles, ce qui soulève des questions sur les raisons de la décision de COSCO, dont les compagnies maritimes internationales n’ont pas encore été informées.

L’un des signes avant-coureurs de la décision de COSCO a été l’annonce récente par sa filiale de Hong Kong, OOCL, de cesser ses expéditions vers Israël en raison de « problèmes opérationnels ». L’annonce, qui était censée lui permettre de naviguer dans la mer Rouge sans interférence des Houthis, a suscité d’importantes réactions négatives. En conséquence, la compagnie est revenue sur sa décision, tout comme la compagnie maritime singapourienne ONE (Ocean Network Express).



Source link

Verified by MonsterInsights