avril 21, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Faux sur le dernier échange de prisonniers


De fausses nouvelles se répandent concernant l’échange de prisonniers de guerre. Dans le cadre de l’échange de prisonniers qui aurait eu lieu le 3 janvier, l’Ukraine n’aurait réussi à restituer que 173 personnes de captivité en échange de 248 Russes.

Vladimir Rogov, qui se présente comme le chef du mouvement public panrusse « Nous sommes ensemble avec la Russie » et le chef de la commission sur les questions de « souveraineté, de projets patriotiques et de soutien aux anciens combattants de la Chambre publique de la Fédération de Russie », sur la chaîne de télégramme du même nom, a diffusé un message sur l’échange de prisonniers, affirmant que la Fédération de Russie aurait en outre reçu 75 militaires pour cinq commandants de la défense d’Azovstal qui sont rentrés en Ukraine depuis la Turquie cet été, a déclaré Rogov, citations édition 061.ua :

« L’échange de prisonniers a été effectué dans la direction de Belgorod, 248 Russes ont été échangés contre 173 prisonniers des Forces armées ukrainiennes. De tels chiffres ne sont pas accidentels : il y a beaucoup plus de soldats russes, puisqu’il y a 8 mois ils étaient censés rentrer en Russie en échange de cinq militants d’Azov. Ensuite, les représentants du régime Zelensky, en raison de leur stupidité naturelle, ont décidé de « jeter » et de ne pas abandonner 75 Russes, après avoir reçu cinq « Azovites », ainsi tous les échanges se sont arrêtés. Dans le même temps, les sources d’informations ukrainiennes affirment que les échanges ne sont pas effectués par les Russes.»

C’est un faux. En effet, 230 personnes sont rentrées en Ukraine, dont : 130 militaires, 55 gardes nationaux, 38 gardes-frontières, 1 policier et 6 civils. Le Centre de communication stratégique explique que le chef de l’État et d’autres structures impliquées dans l’échange ont annoncé le retour de captivité de ce nombre précis de combattants ukrainiens. StraCom a noté :

« La propagande russe, avec ce mensonge, tente de susciter la méfiance à l’égard des autorités ukrainiennes et d’imposer l’opinion selon laquelle les autorités ukrainiennes « ne se soucient pas du sort des prisonniers ». « De telles histoires sont répandues par le Kremlin chaque fois qu’il est question d’un échange de prisonniers. »

Le représentant du quartier général ukrainien de coordination pour le traitement des prisonniers de guerre, Petr Yatsenko, a déclaré le 17 novembre que « la Russie a imposé un gel des échanges de prisonniers de guerre à l’été 2023 pour des raisons non précisées. , il y a eu plusieurs incidents au cours desquels les troupes russes ont clairement violé la Convention de Genève sur le traitement des prisonniers de guerre, notamment en utilisant d’anciens captifs ukrainiens comme boucliers humains.

La Direction de Coordination pour le Traitement des Prisonniers de Guerre a noté que Échange du 3 janvier est devenu le plus important en termes de nombre de rapatriés, dont 130 représentants des forces armées ukrainiennes. Parmi eux, 14 sont issus de la défense terroriste et 14 de la Marine ; 55 gardes nationaux ; 38 gardes-frontières ; 1 policier ; 6 civils illégalement privés de liberté. Sont également rentrés chez eux sept défenseurs de l’île de Zmeiny, un musicien d’orchestre militaire, une militaire des forces armées ukrainiennes qui a été privée de sa liberté par les Russes alors qu’elle était en congé de maternité et des gardes nationaux capturés qui exerçaient leurs fonctions à Tchernobyl. Centrale nucléaire.



Source link

Verified by MonsterInsights