avril 18, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Cher : de nouvelles mesures pour lutter contre les profits dans le commerce alimentaire


Tout en prenant des mesures retardées, dont certaines devraient être mises en œuvre d’ici… mars, le gouvernement continue d’agir conformément à ce qui a été annoncé par le ministre du Développement Kostas Skrekas, clarifiant les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre les majorations commerciales excessives et les prix alimentaires. profiteur.

Il convient de noter que le nouveau paquet de mesures, annoncé plus tôt par le Premier ministre et clarifié par le ministre du Développement Kostas Skrekas, comprend un plafond sur la marge bénéficiaire sur le lait infantile et une réduction de 30 pour cent des remises et des crédits accordés aux fournisseurs des supermarchés, avec l’attente d’une baisse correspondante des prix en rayon. Certaines de ces mesures deviendront permanentes et seront inscrites dans la loi en mars, et une seule entrera en vigueur à partir d’aujourd’hui.

Des offres
Selon les annonces, à partir de mars, les remises des fournisseurs seront réduites de 30% dans le but de répercuter le bénéfice sur le consommateur avec une réduction correspondante du prix en rayon, qui fera toutefois l’objet d’un audit qui devra être réalisé. DIMEA. La mesure s’appliquera aux catégories dans lesquelles – selon la commission de la concurrence – des écarts ont été constatés, comme le lait pour bébé, les détergents, les produits de nettoyage, le shampoing pour le bain, le dentifrice et les couches pour bébés.

Majoration maximale sur le lait pour bébé

L’une des principales interventions concerne l’introduction d’une limite maximale de majoration sur le lait infantile, un produit sur lequel il y a eu un débat actif en raison du fait que notre pays est « champion » au niveau européen, et son prix 213% de plus qu’en Suède. En particulier, pour la catégorie du lait infantile, un niveau maximum de bénéfice brut est fixé pour les entreprises qui importent, produisent et distribuent ce produit dans notre pays. Le plafond est défini comme la somme des dépenses d’exploitation de l’entreprise pour cette catégorie de produits et du bénéfice commercial d’un montant de 7%. Cette mesure entrera en vigueur à partir de mars.

Réductions
De nouvelles mesures du ministère du Développement économique interdisent aux fournisseurs qui augmentent les prix de leurs produits d’effectuer des remises et des promotions plus larges pendant trois mois sur les produits dont les prix sont augmentés. La mesure entrera en vigueur aujourd’hui, lorsqu’une décision ministérielle de Skreka est attendue.

En revanche, ceux qui maintiennent des prix stables sont autorisés à réaliser des promotions. Si cette pratique est mise en œuvre, l’augmentation des prix des denrées alimentaires dans les supermarchés se traduira par une baisse des prix.

Cette mesure est introduite à partir d’aujourd’hui. « Toute augmentation de prix annoncée à partir d’aujourd’hui rend prohibitive la tenue de promotions dans les trois mois suivant l’introduction de la politique de prix. Cela empêche les entreprises d’augmenter les prix de manière déraisonnable », a déclaré le ministre Kostas Skrekas. L’audit sera réalisé par DIMEA tant physiquement que numériquement.

Prix ​​ »nets » à partir de… mars

En plus de ce qui précède, les fournisseurs seront désormais tenus de fournir leurs produits aux détaillants à des prix « nets ». Dans ce contexte, des factures de crédit ne peuvent être émises qu’à hauteur de 3 % en cas de marchandises retournées ou en rupture de stock. Cette mesure touche les biens du secteur primaire comme les fruits frais, les légumes et la viande.. « Les prix des produits clés seront réduits dans les rayons des magasins dès le début des mesures et devraient être mis en œuvre à partir de début mars. »a déclaré le ministre du Développement Kostas Skrekas.

Les autorités grecques n’étaient pas préparées à une situation dans laquelle les grands producteurs augmenteraient leurs coûts d’exploitation déclarés et les chaînes de vente au détail augmenteraient la majoration commerciale des produits alimentaires.

Les tentatives visant à lutter contre ce phénomène par des amendes se sont révélées vaines, puisque même les récentes amendes d’un million d’euros infligées à trois entreprises se sont révélées dérisoires dans le contexte d’une forte augmentation des bénéfices des entreprises.

De plus, l’étude annuelle ICAP montre qu’au cours de « l’année de l’inflation », 500 entreprises grecques ont enregistré une augmentation impressionnante de leur EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) de 75,5 %, pour atteindre 25,1 milliards d’euros !

Les autorités ne veulent pas gâcher les relations avec les sociétés multinationales qui contrôlent l’économie grecque, et il ne vaut même pas la peine d’attendre du gouvernement actuel qu’il limite les profits excédentaires de nombreuses entreprises du secteur sensible de l’alimentation, des boissons et du commerce de détail organisé.

Après tout, ces entreprises soutiennent non seulement le gouvernement actuel (à la fois financièrement et politiquement), mais influencent également ce qu’on appelle. des « notations » qui placent les autorités grecques dans une dépendance directe des principaux créanciers du pays.



Source link

Verified by MonsterInsights