avril 19, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

SYRIZA sur le mariage homosexuel : « Parent I », « Parent II » et maternité de substitution


Ceux qui pensaient que le projet de loi de la Nouvelle Démocratie au pouvoir sur le mariage homosexuel et l’adoption d’enfants par les couples LGBT ils ont touché le fond, ils ont commis une erreur, SYRIZA est venu frapper par le bas…

Entre autres « beautés » proposées par SYRIZA, la proposition « avortement » propose d’introduire le concept de « parent I » et de « parent II », d’étendre la procréation aux couples hétérosexuels ou bisexuels, et même de modifier des concepts tels que les allocations de maternité ou le congé parental. pour un enfant LGBT+.

Dans le même temps, elle demande que le droit d’avoir un enfant par mère porteuse soit étendu aux hommes qui ne sont pas en couple, ainsi qu’aux couples de même sexe s’ils sont pacsés ou mariés.

Le cadre réglementaire proposé par l’opposition diffère du projet de loi préparé par le gouvernement, dont les principales dispositions seront présentées par le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis dans une interview accordée à l’émission principale de l’ERT en soirée. Rappelons que la proposition du gouvernement autorise le mariage et la procréation pour les couples homosexuels et interdit les grossesses de substitution.

Les principaux points de la proposition de SYRIZA sont les suivants :

  • Le premier article appelle à la modification de tous les termes des lois, règlements, circulaires, etc., qui sont spécifiques au genre et peuvent conduire à une restriction des droits fondamentaux. À cet égard, il est proposé de modifier des termes tels que allocation de maternité, congé parental, etc. Selon la proposition de SYRIZA, « le législateur devrait faire un effort global pour réformer la terminologie de l’ensemble des lois qui ne relèvent pas de la législation ». portée de ce projet de loi, en se concentrant sur la réalisation immédiate des changements les plus nécessaires pour parvenir à l’égalité.
  • Les articles 4, 5 et 6 proposent de supprimer toute restriction à la maternité de substitution afin que les hommes non mariés, les couples de même sexe ou les couples comprenant au moins un membre intersexe ou bisexuel puissent avoir un enfant par l’intermédiaire d’une mère porteuse, à condition qu’il y ait un mariage ou un partenariat civil entre eux. eux .
  • En vertu de l’article 12, les parents, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels, peuvent choisir d’inscrire « Parent I » et « Parent II » sur les actes de naissance de leurs enfants au lieu de « mère » et « père ». En particulier, pour les couples de même sexe, le choix d’un terme pour désigner la relation de l’un des parents avec l’enfant n’empêche pas l’utilisation du même terme pour désigner la relation de l’autre parent avec l’enfant, c’est-à-dire : « père » peut être indiqué – « πατέρας » ou « μητέρα ».

Dans le contexte de la création de Stefanos Kasselakis, Kyriakos Mitsotakis, avec sa version de la loi sur le mariage homosexuel, apparaît comme une sorte de pilier de la moralité. Apparemment, c’est sur cela que comptaient les organisateurs de cette représentation. Après tout, jouer au « bon et au méchant flic » fonctionne presque toujours…



Source link

Verified by MonsterInsights