avril 18, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Coût élevé : les prix du lait et de ses dérivés continuent d’augmenter


Il n’y a pas de fin en vue à la surévaluation des produits de base, car les consommateurs saignent pour économiser de l’argent en réduisant même les articles essentiels à la maison.

Hausse des prix du lait et de ses dérivés

Parmi les produits dont les prix ont fortement augmenté figurent le lait et les produits laitiers, comme les fromages.
Selon les données, les prix des produits laitiers ont augmenté sur deux ans (prix au kg) :

  • Feta en fût : 8,50 € (janv. ’22), 12 € (janv. ’23), 12,70 € (janv. ’24) soit +49,4%. Dans les supermarchés le prix atteint 18 €/kg.
  • Fromage type fromage blanc légèrement salé (Anfutiro) : 5,50 € (janvier ’22), 7,80 € (janvier ’23), 7,80 € (janvier ’24), soit +41,8%.
  • Fromage de type Myzithra ( : 8,50 € (janvier ’22), 11,50 € (janvier ’23), 12,30 € (janvier ’24), +44,7 %.
  • Fromage de type gravier : 12 € (22 janvier), 16,50 € (23 janvier), 17,60 € (24 janvier), +46,6 %.
  • Fromages à pâte dure Graviera en rondelles : 11 € (janv. ’22), 15,50 € (janv. ’23), 15,80 € (janv. ’24), soit +43,6%.
  • Yaourt en pot en terre cuite de 0,5 kg : 3,80 € (janv. ’22), 5 € (janv. ’23), 5 € (janv. ’24), soit +31,6 %.

D’après les informations, le prix auquel le lait entier sort du fabricant pour 1 kg :

  • Moutons : 1,58 – 1,65 € (jusqu’en octobre ’23), 1,40 – 1,52 € (janvier ’24)
  • Lait de chèvre : 1 – 1,10 € (jusqu’en octobre ’23), 0,90 – 0,94 € (janvier ’24).
  • Lait de vache 0,45-0,5 (jusqu’en octobre 23) 0,55-0,6€. janvier 24

« Le secteur de l’élevage traverse une période très difficile. »

« Lorsque le coût de production d’un kilogramme de lait de brebis est de 1,64 euros par an et que le lait de chèvre est de 1,15 euros, et que nous avons vendu le lait jusqu’en octobre à 1,60 euros par brebis, alors les transformateurs viennent et, sans autorisation, aux tarifs de novembre, achètent du lait. et baisser le prix en dessous de 1,50 euro par mouton. Ils nous détruisent et les prix en rayon ne baissent pas », Panagiotis Peveretos, président de l’Association des agriculteurs grecs, s’adresse à MEGA.

« Les subventions que nous recevons ont été réduites de 30 à 50 %, les coûts augmentent, la mortalité des agneaux est élevée, supérieure à 30 %, et nous avons atteint le point où nous ne pouvons plus continuer parce que non seulement nous ne gagnons pas, mais nous » je perds. » .

Selon lui, à partir de 2021 le coût de production « a grimpé à 100 %, alimentation et énergie. Depuis 2 ans, 10 000 éleveurs ovins et caprins et 300 éleveurs bovins ont quitté la profession. En général, le secteur de l’élevage traverse une période très difficile, c’est pourquoi nous sommes descendus dans la rue avec les agriculteurs. »



Source link

Verified by MonsterInsights