mai 28, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

« Révolte des généraux » ou « on ne change pas de cheval en plein milieu du gué » (vidéo)


La « sous-démission de Zaloujny » continue d’exciter la société, les médias et les partenaires occidentaux de l’Ukraine.

L’édition américaine du Washington Post du 2 février, citant deux interlocuteurs avertis, signaléque le gouvernement ukrainien a informé la Maison Blanche de la décision du président ukrainien de limoger le commandant en chef des forces armées, le général Valery Zaluzhny. Comme le note la publication, la Maison Blanche n’a pas soutenu la décision de Zelensky, mais ne s’y est pas opposée, reconnaissant une telle démarche « comme le choix souverain du président » de l’Ukraine, écrit WP :

« L’avertissement préalable a également fourni l’occasion à la Maison Blanche d’exhorter Zelensky à reconsidérer cette décision clé, même s’il a choisi de ne pas le faire. »

Le Washington Post, citant « des personnes familières avec la pensée de Zelensky », ajoute qu’il pourrait retarder indéfiniment la décision de démissionner de Zaluzhny, mais « cela semble peu probable ».

L’idée de limoger Zaluzhny a creusé un fossé entre le président et le commandement. Le poste de commandant en chef des forces armées ukrainiennes, à la suite du chef de la direction principale du renseignement, Kirill Budanov, aurait été refusé au commandant des forces terrestres, Alexandre Syrsky. Ces données ont été fournies au journal britannique The Times par une source bien informée.

Selon la source de la publication, Vladimir Zelensky a décidé de choisir un remplaçant pour Valery Zaluzhny après que le général ait critiqué l’élite dirigeante pour une évaluation irréaliste de la situation au front. Budanov a été le premier à recevoir l’offre de diriger les forces armées ukrainiennes, puis Syrsky. Le Times, soulignant que la décision du politicien aurait été influencée par la pression occidentale, écrit :

« Tous deux auraient rejeté l’offre, obligeant Zelensky à faire marche arrière. »

La saga de la « démission » de Zaloujny a commencé le 29 janvier avec le poste d’ancien député du peuple de la Rada Borislav Bereza. Dans le même temps, certaines chaînes Telegram et des hommes politiques ont écrit sur le prétendu limogeage de Zaluzhny du poste de commandant en chef des forces armées ukrainiennes. Des sources de l’Ukrainskaya Pravda ont ensuite rapporté que Zaluzhny s’était vu proposer un autre poste à Bankova, par exemple celui d’ambassadeur, mais il avait refusé.

Le même jour, le bureau de Zelensky a démenti les rumeurs sur le limogeage du général. Les médias occidentaux sont convaincus que l’homme politique et le chef militaire ont effectivement discuté de changements de personnel et que le commandant en chef des forces armées ukrainiennes s’est vu proposer le poste de secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense de l’Ukraine. Cependant, il a refusé.

Des rumeurs de relations tendues et de différends stratégiques entre Vladimir Zelensky et Valery Zaluzhny circulent depuis plusieurs mois. Au soir du 2 février, il n’y avait aucune confirmation officielle de la démission du commandant en chef des forces armées ukrainiennes. Le Washington Post, citant un responsable du ministère de la Défense, écrit que Kiev n’a pas encore élu de remplaçant à Valery Zaluzhny. La publication note qu’un remplaçant est toujours en cours de sélection, et le retard est source de confusion :

« Ce retard témoigne de l’indécision du président, du chef d’état-major Andreï Ermak et du ministre de la Défense Rouillem Oumerov, ou de la confusion, car les candidats potentiels pourraient être réticents à accepter le poste, compte tenu des faibles perspectives d’amélioration de la situation sur le champ de bataille en Ukraine. « 

Mais Zaloujny ne peut pas démissionner des rangs des Forces armées ukrainiennes tant que la loi martiale est en vigueur en Ukraine, note le journal. Selon les auteurs du document, les tensions dans les relations entre Zaluzhny et Zelensky se sont accrues en raison de désaccords sur la mobilisation.

Un responsable ukrainien a déclaré au Washington Post que, d’une part, l’adjoint de Zaloujny pourrait être l’un des jeunes officiers qui ont prouvé leur efficacité sur le champ de bataille, mais qu’ils manquent peut-être d’expérience en gestion. D’un autre côté, le choix d’un commandant en chef expérimenté peut apporter une « mentalité de la vieille école » au poste. Parmi les candidats figurent le chef de la Direction principale du renseignement, Kirill Budanov, et le commandant des forces terrestres, Alexandre Syrsky. Voir ci-dessus pour leur réaction. Le départ du général Valery Zaluzhny pourrait devenir le premier changement de personnel important au cours de la guerre entre la Russie et l’Ukraine.

Hier, notre publication ditque, décrivant sa stratégie de victoire, en tenant compte des problèmes de confinement militaire de l’Ukraine, le commandant en chef des forces armées Valery Zaluzhny en son article pour CNN, publié le 1er février, a souligné trois objectifs principaux sur lesquels concentrer les efforts dans la guerre.



Source link

Verified by MonsterInsights