avril 24, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Inflation : une crise de survie des consommateurs


Les résidents grecs continuent de subir des difficultés financières croissantes car, malgré une légère baisse de l’inflation en janvier par rapport à décembre, les prix des denrées alimentaires restent élevés.

Je m’attendais à ce que ΕΛΣΤΑΤ annoncera l’indice national d’inflation pour le 15/02 janvier, même si les données d’Eurostat sur l’indice harmonisé ont déjà donné une idée de la façon dont notre pays est « entré » dans la nouvelle année 2024.

L’indice des prix à la consommation harmonisé ΕΝΔΤΚ (selon Eurostat) a augmenté à 3,2% contre 3,7% en décembre. Cela suggère que la dynamique se poursuit, même si certains analystes estiment que le déclin se poursuivra, malgré la situation instable des guerres en cours dans le monde.

Consommation réduite
Le principal problème reste la hausse continue des prix des produits de base. Gestionnaires de ce marché prévoir une baisse significative de la consommation. Selon une étude en cours sur les tendances de la vente au détail de produits de grande consommation menée par le Consumer Goods Retail Research Institute (IELKA), les volumes de ventes devraient diminuer (1,3 %) au premier semestre 2024 par rapport au semestre correspondant de 2023. Aussi, au premier semestre 2024, une augmentation du volume des ventes est attendue (1,6%) par rapport au semestre correspondant de 2023.

Aperçu

Dans le même temps, comme le souligne Alfa Bank dans son rapport hebdomadaire sur l’économie grecque, Le revenu disponible brut a enregistré une baisse en 2020 en raison de la pandémie et des mesures imposées pour limiter l’activité économique.

L’Indice des Prix à la Consommation Harmonisé est à (-5,1%). En 2021, le revenu disponible s’est redressé à un rythme nettement plus élevé que celui des revenus disponibles (7,6 %). Cela s’explique en grande partie par le fait que l’activité économique a progressivement commencé à se normaliser.

Cependant, alors que le revenu disponible a enregistré une hausse tout aussi forte de 7,6 % en 2022, l’inflation était élevée à 9,3 %, entraînant une baisse du revenu disponible réel des ménages. Pour les neuf mois de 2023, les pertes en termes réels ont été partiellement compensées, puisque le taux de croissance du revenu nominal disponible a été nettement supérieur au taux de croissance de l’ΕΝΔΤΚ (7,4 %).

Le pessimisme persistant des ménages également reflété dans l’indice de confiance des consommateurscompilé par l’Institut de recherche économique et industrielle (IOBE), qui s’est aggravé en janvier 2024 à -46,3, le pire niveau depuis février 2023.

59 % des ménages s’attendent à une détérioration de leur situation financière au cours des 12 prochains mois, 60 % s’attendent à une hausse des prix et 63 % pensent qu’il est peu probable que leur situation financière soit prévisible, ce qui indique un degré élevé d’incertitude.

Selon l’INE/GSEE (janvier 2024), une vague d’inflation ronge tous les revenus et réduit le pouvoir d’achat de millions de travailleurs à bas salaires et de retraités. Simultanément de nombreux ménages sont même confrontés à une crise de survie car ils ne peuvent pas subvenir à leurs besoins (couvert par dépenses mensuelles de base).

En règle générale, 7 travailleurs sur dix déclarent ne pas être en mesure de faire face à leurs responsabilités, 55 % ont réduit leurs achats d’épicerie, 75 % ont supprimé leurs dépenses de divertissement, 15 % ont augmenté leurs heures de travail ou ont trouvé un deuxième emploi pour joindre les deux bouts. Et un employé sur trois utilise l’argent préalablement mis de côté (provenant de ses économies) pour se nourrir.

Si l’on analyse la crise des revenus, qui a provoqué une augmentation des prix au cours des trois dernières années (2020-2023), on constate une augmentation des prix des produits alimentaires de base. En particulier, la hausse des prix des huiles et graisses a atteint 87,4%, des légumes 35,2%, des produits laitiers et œufs 33,8%, de la viande 31,2%, du pain et des céréales 25,3%, de l’électricité, du gaz naturel et du carburant 39,1% et à louer 8,3%.



Source link

Verified by MonsterInsights