mai 23, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Les Irlandais ont dit lors du référendum "Non" élargir le concept "famille" et acceptation des couples vivant avec des enfants sans mariage


Les participants au référendum organisé en Irlande le 8 mars ont voté massivement contre les modifications de la constitution du pays qui changer les idées sur la famille et le rôle des femmes.

Le gouvernement irlandais a déclaré qu’il respecterait le résultat du référendum.

En particulier, en réponse à la première question irlandaise concernant l’élargissement de la définition de la famille pour inclure les « relations à long terme », comme les couples vivant ensemble hors mariage et leurs enfants, 67,7 personnes interrogées ont voté « non ».

Mais un pourcentage encore plus élevé les personnes interrogées ont rejeté la deuxième proposition du référendum : supprimer la référence « dépassée » au rôle de la femme au foyer, qui stipule qu’une femme est obligée de s’occuper des autres personnes vivant avec elle sous le même toit.

73,9% des personnes interrogées ont répondu « non » à ce changement, battant le record du nombre de réponses négatives à un référendum national.

Les deux amendements proposés concernent l’article 41 de la Constitution irlandaise, qui a été adopté en 1937, lorsque l’Église catholique dominait la vie publique et privée du pays.

La dernière fois, tous les grands partis politiques étaient favorables au oui et, jusqu’à récemment, les sondages d’opinion prédisaient un vote assez facile au référendum, symboliquement prévu pour le 8 mars, Journée internationale de la femme.

Cette ambiguïté semble avoir découragé de nombreux électeurs de voter oui.

« Personne ne sait exactement ce que c’est « relation à long terme » alors que tout le monde sait exactement ce qu’est le mariage »« David Quinn, fondateur du Jonah Institute, qui défend la communauté catholique, a déclaré avant le référendum, ajoutant : « Beaucoup voteront « Non » en raison de la confusion et de l’abolition de mots (et de concepts) tels que « femme » et « mère », – a-t-il suggéré (en prenant apparemment tous les citoyens pour des analphabètes). »

Après l’annonce des résultats samedi soir, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, qui dirige le gouvernement de coalition de centre-droit qui a proposé le référendum, a déclaré que les deux amendements étaient clairement rejeté avec une participation suffisante.

Il a ajouté que le gouvernement irlandais reconnaît le résultat et le respectera pleinement. « Nous avions la responsabilité de persuader la majorité de voter oui, et il est clair que nous avons échoué. Nous acceptons la responsabilité du résultat final. » – a déclaré le Premier ministre.

Il convient de noter que Leo Eric Varadkar n’a même pas pensé à faire une déclaration similaire à celle-là. exprimé le secrétaire de presse du gouvernement Pavlos Marinakis, « Dans notre pays, les questions de droits ne se décident pas par référendum »dit-il, en désaccord avec proposition de Mgr Jérôme « Demandez l’avis du peuple. »

Il est à noter qu’en ce qui concerne l’Irlande il n’y a même pas eu d’allusions à des sanctions ou à une condamnation de la part de Bruxellesavec lequel le gouvernement Mitsotakis a effrayé la population…

Les journalistes grecs qui discutent des informations en provenance d’Irlande ne font que soupirer tristement, se souvenant de l’ancien archevêque Christodoulos, disant que avec lui, cela ne serait pas arrivé

Cependant, les habitants de Grèce devraient se poser une contre-question : si les données du sondage indiquant que plus de 60 % de la population étaient contre cette loi sont exactes, pourquoi seulement quelques milliers de personnes sont-elles sorties pour protester ?



Source link

Verified by MonsterInsights