mai 27, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

« Décevant » le deuxième pays le plus pauvre de l'UE


Publication du rapport d'Eurostat selon lequel la Grèce est le deuxième pays le plus pauvre du monde UEjuste derrière la Bulgarie, a porté un coup dur au discours du gouvernement Mitsotakis sur la croissance économique et la bonne gouvernance.

Cela est dû au fait que la publication a été faite plusieurs jours après Moody's a décidé de ne pas évaluer la Grèceafin de ne pas mettre le gouvernement dans une position délicate (avec R. Tsiprasa n’a pas été gêné par cela, ce qui confirme une nouvelle fois le parti pris politique de ces agences de notation). Et tout cela parce que Deep State soutient toujours Kyriakos Mitsotakis parce que il est utile alors qu'il y a une guerre en Ukraine.

Les prix élevés que les Grecs ont connu au cours des deux ou trois dernières années ont bien sûr joué un rôle important dans l'appauvrissement du pays, car si vous observez attentivement les prix des denrées alimentaires (pour tous les produits), vous pouvez voir qu'ils ont au moins doublé.

Mais les salaires grecs n’ont pas doublé… Une augmentation générale du salaire minimum de 10 à 15 % ne peut pas faire face à un doublement soudain et brutal des dépenses budgétaires individuelles et familiales. Et pourtant, le gouvernement ne cesse de prétendre que les citoyens vivent dans une « richesse » sans précédent, alors qu'en réalité très peu parviennent à joindre les deux bouts.

Dans un contexte de vague de pression sur les prix qui déferle sur le marché et de stagnation des salaires Les citoyens grecs sont à la traîne par rapport aux citoyens de tous les paysconfrontés à une crise économique les années précédentes, et tous les pays de l'ancien bloc de l'Est (République tchèque, Lituanie, Roumanie, Croatie, Hongrie, Slovaquie, Lettonie), qui occupent traditionnellement les dernières lignes du classement, à l'exception de Bulgarie.

Et comme il est toujours bon de parler de faits, le rapport d'Eurostat de 2017 trouvait également la Grèce dans une situation désastreuse, mais à l'époque elle était le troisième pays le plus pauvre de l'UE, devant Bulgarie et Roumanie. Cependant, en 2024, la Roumanie a dépassé la Grèce et s'est hissée à la 3e place.

L'eurodéputé Giorgos Kyrtsos a écrit dans un article sur X : La Grèce est officiellement le deuxième pays le plus pauvre des 27 pays de l'Union européenne, la Bulgarie étant le plus pauvre. Nous avons le deuxième produit intérieur brut (PIB) par habitant le plus bas. La dure vérité des statistiques officielles !


Donc, si le discours économique du gouvernement Mitsotakis était correct, le pays aurait dû gagner au moins quelques places. Mais non seulement elle ne s'est pas relevée, mais au contraire, elle est tombée à l'avant-dernière place, et il ne restait finalement plus qu'à « gagner » la dernière place.

Un récit fragile a été créé selon lequel l’économie était en plein essor, le PIB augmentait, le ratio dette/PIB diminuait et les banques réalisaient des bénéfices exceptionnels. Mais rien de tout cela ne reflète la vérité, puisque la Grèce s’appuie sur des mécanismes temporaires de haut rendement qui ne dureront pas éternellement.

Pendant ce temps, il n'y a pas de production économique sérieuse dans le pays et chaque été, la Grèce attend que les touristes lui laissent leur argent pour que la société grecque puisse « fonctionner » en hiver. La question se pose : comment le gouvernement peut-il maintenir le récit d’un miracle économique alors que les faits montrent une réalité complètement différente ?

Moody's était au courant. Et pourtant, des personnalités sérieuses du Deep State ont exigé que les Américains accordent à la Grèce une note de qualité investissement. Apparemment, ils n'ont pas ajouté…





Source link

Verified by MonsterInsights