mai 30, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Poussières africaines : ambiance suffocante en Attique


L'atmosphère en Attique est étouffante depuis le matin à cause de la poussière africaine qui a « recouvert » la capitale grecque. Les photographies mettent en évidence la situation dans la piscine.

Selon les prévisions de l'Observatoire national meteo.gr/Athènes, en plus des concentrations de poussière très élevées qui limiteront la visibilité, il y aura des averses de boue dans la zone métropolitaine.

Aperçu

Les niveaux de poussière saharienne devraient culminer en Grèce le 23 avril. Voir les photos :

Poussières africaines : recommandations d’experts

Les personnes souffrant de problèmes respiratoires préexistants sont particulièrement vulnérables pendant les périodes de niveaux de poussière élevés, ce qui se reflète dans l’augmentation des hospitalisations.

La poussière africaine est un phénomène relativement courant en Grèce, surtout lorsque les conditions météorologiques favorisent le transport de particules de poussière en provenance du désert du Sahara. La fréquence et l'intensité des poussières africaines en Grèce peuvent varier d'une année à l'autre, de 7 à 20 épisodes (en moyenne 13 épisodes/an), en fonction des conditions atmosphériques et de la quantité de poussière transportée depuis le Sahara. En général, la poussière africaine n’est pas rare dans la région grecque.

Ce phénomène naturel peut avoir un impact important sur la santé des habitants de notre pays, principalement en raison de la détérioration de la qualité de l'air. La poussière africaine transporte une large gamme de tailles de particules, telles que les PM10, les PM2,5 ou même des particules beaucoup plus petites, et peut également capter des polluants de l'atmosphère. Des quantités croissantes de particules dans l’atmosphère peuvent aggraver les maladies respiratoires telles que l’asthme, la bronchite et les allergies.

Les résidents des centres urbains et des zones où la qualité de l'air est mauvaise nécessitent une attention particulière.

Effets sur le système respiratoire

L’un des principaux effets sanitaires des poussières africaines est leur effet sur le système respiratoire. Les fines particules de poussière peuvent pénétrer profondément dans les poumons et même pénétrer dans la circulation sanguine. Pour les personnes souffrant d’asthme, de bronchite ou de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), l’exposition à ces particules peut aggraver les symptômes, entraînant un essoufflement, une toux, une respiration sifflante et une gêne thoracique.

Aperçu

Utiliser des masques


Allergies et irritations

La poussière africaine peut provoquer des réactions allergiques, une irritation respiratoire, une congestion nasale, des éternuements et des larmoiements chez certaines personnes. Les personnes souffrant d’allergies ou d’hypersensibilités environnementales peuvent ressentir une augmentation des symptômes pendant les périodes de niveaux élevés de poussière africaine.

Problèmes cardiovasculaires

Outre les problèmes respiratoires, l’exposition aux poussières africaines est associée à des problèmes cardiovasculaires. Les particules peuvent favoriser l’inflammation, le stress oxydatif et la vasoconstriction, ce qui augmente le risque de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et d’autres maladies cardiovasculaires, en particulier chez les populations vulnérables.

Effet sur le système immunitaire. Une exposition à long terme à la poussière africaine peut également affecter le système immunitaire, rendant les gens plus vulnérables aux infections respiratoires et à d’autres maladies. La réponse inflammatoire provoquée par les particules de poussière peut affaiblir les défenses de l'organisme et rendre plus difficile la lutte contre les agents pathogènes.

Risques pour la santé à long terme

L’exposition chronique à la poussière africaine et aux polluants associés est associée à des risques à long terme pour la santé, notamment des maladies respiratoires, une diminution de la fonction pulmonaire, des problèmes cardiovasculaires et même certains types de cancer. L’exposition chronique à des niveaux élevés de particules peut avoir des effets cumulatifs sur la santé au fil du temps.

Selon une étude réalisée en 2020 sur l'impact de la poussière sur la qualité de l'air en Europe, environ 42 000 décès par an sont attribués à la poussière, et dans les pays méditerranéens, on estime que 27 à 44 % des décès associés aux particules PM10 sont dus à la poussière africaine.

Il est important que les personnes, en particulier celles souffrant de problèmes respiratoires, prennent des précautions pendant les périodes de niveaux élevés de poussière africaine. Voici quelques conseils pour vous aider à minimiser les conséquences sanitaires de ce phénomène :

Tiens-toi à jour

Surveillez les rapports sur la qualité de l’air et les prévisions météorologiques pour savoir quand des niveaux élevés de poussière en Afrique sont attendus. Si possible, évitez toute exposition prolongée à des niveaux élevés de poussière à l’extérieur, en particulier les jours venteux, lorsque les particules sont plus susceptibles d’être en suspension.

Fermez les fenêtres et les portes

Bien que les maisons et les lieux de travail doivent généralement être aérés, pendant les périodes d'épidémies de poussière africaine, aérez un peu le matin, puis gardez les fenêtres et les portes fermées pour empêcher les particules de poussière de pénétrer dans la maison ou le lieu de travail. Si vous en possédez un, utilisez des purificateurs d’air ou des filtres pour améliorer la qualité de l’air intérieur.

Utiliser des masques

Lorsque vous sortez, surtout par temps poussiéreux, portez un masque pour réduire le risque d'inhalation de particules de poussière.

Restez hydraté. Boire beaucoup d'eau

Pendant les périodes de niveaux de poussière élevés, il est fortement conseillé aux personnes souffrant de problèmes respiratoires préexistants de prendre des précautions pour minimiser les effets sur la santé de l'exposition aux particules de poussière. Pour les patients asthmatiques Vous devrez peut-être augmenter la posologie ou la fréquence des médicaments inhalés selon le plan de surveillance recommandé par votre médecin pour réduire les symptômes. A noter qu'à ce stade il est recommandé de porter une attention particulière aux asthmatiques en lien avec les allergies printanières. Les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique peuvent nécessiter un traitement palliatif accru avec des médicaments inhalés.



Source link

Verified by MonsterInsights