juin 16, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Géorgie : que pensent ses partisans et opposants dans le pays de la loi sur les agents étrangers (vidéo)


La nouvelle loi sur l'influence étrangère a provoqué des réactions mitigées tant en Géorgie qu'à l'Ouest, des protestations dans le pays et une révision des relations avec l'extérieur. UE et les États-Unis.

Que pensent les habitants du pays de la loi ? correspondant Euronews, après avoir visité la république. Elle a écouté attentivement et impartialement les deux côtés, opposants et partisans du document qui divisait la société.

La loi sur la transparence de l'influence étrangère, adoptée par le Parlement géorgien le 14 mai, a provoqué une vague de protestations à grande échelle, donnant lieu à des critiques à l'égard du pays sur la scène internationale. Les opposants à cette loi estiment qu'elle s'inspire de Moscou et qu'elle pourrait mettre en péril le destin européen de la république. Le chercheur Mamuka Kotetishvili, qui a manifesté avec sa famille près du Parlement, en est convaincu :

« Il s'agit d'une loi contre la démocratie et contre les droits de l'homme. Elle affectera non seulement les organes gouvernementaux, mais aussi tous les domaines d'activité en Géorgie, de la santé à l'agriculture. »

Le projet de loi obligerait toute entité qui reçoit plus de 20 % de ses fonds de l'étranger à s'enregistrer comme « organisation soutenant les intérêts d'une puissance étrangère » et à passer ainsi sous le contrôle du gouvernement. La nouvelle exigence, selon les experts, pourrait affecter au moins 25 000 ONG de différents secteurs. Les opposants à la loi affirment qu'elle copie « l'original » adopté en Russie en 2012, ce qui permettait de supprimer toutes les voix que le Kremlin n'aime pas.

Les médias indépendants et les militants des droits humains en Géorgie estiment qu'ils courent un risque particulièrement élevé. Lika Zakashvili, cofondatrice et rédactrice en chef de la publication en ligne «Publika», déclare :

« Le fait que nous soyons qualifiés de persécuteurs d'intérêts étrangers n'a qu'une connotation négative dans le contexte actuel. Cela signifie que nous sommes des agents étrangers. Agir dans un tel cadre détruira complètement la confiance dans les médias. »

Le rédacteur en chef de la publication précise que Selon la loi, le ministère de la Justice a le droit d'accéder au traitement des informations personnelles des organisations d'agents étrangers:

« C'est particulièrement dangereux pour les médias, car nous conservons des informations personnelles sur nos sources. C'est un risque pour tout le monde ! »

« La loi fera taire les libres », affirment les journalistes. Lika et ses collègues ont déjà reçu des menaces. Le directeur de la branche géorgienne de l'ISFED, Nino Dolidze, qui dirige une organisation d'observation électorale réputée, est également de cet avis :

« Le gouvernement a décidé de fermer tous ceux qui parlent des problèmes, car ils y voient une menace pour leur pouvoir. Notre objectif est de soutenir des élections libres et équitables dans notre pays, nous ne nous occupons pas des intérêts d'un autre pays. Nous ne nous inscrirons jamais à un tel registre, et cela créera des problèmes. Nous aurons des amendes, des sanctions. En fin de compte, cela conduira à la fermeture des organisations impliquées dans les questions de liberté électorale, de corruption, de droits de l'homme et de toute activité de surveillance. Cela conviendra au gouvernement, car cela fera taire toutes les voix libres. »

Entre-temps le parti au pouvoir et le gouvernement nient les similitudes entre les lois géorgienne et russe, arguant que les craintes des responsables européens qui ont demandé la révocation du document sont infondées. Le chef de la commission d'intégration européenne du parti Rêve géorgien, Maka Bochorishvili, explique :

« Des questions se posent quant à la transparence du financement de ces organisations. Aujourd'hui, nous parlons de leur participation plus large au processus de prise de décision politique en Géorgie. Il est important d'assurer une transparence totale pour nos citoyens, de comprendre qui et pourquoi se cache derrière cela. opinions qu’ils expriment.

Elle nous assure qu'il ne s'agit que d'une question d'inscription :

« L'article exigeant l'enregistrement précise que la loi ne peut pas être utilisée pour arrêter les activités des ONG. Nous sommes prêts à discuter de toute recommandation juridique concernant la législation, alors oui, nous sommes pour. .»

Mais La présidente géorgienne Salomé Zurabishvili n’en doute pas : la loi a été inspirée par la Russie. Elle a utilisé son droit de veto pour demander l'abrogation du document. Le Président précise que la loi donne des raisons de douter des intentions des partenaires de longue date et des amis de la Géorgie en Europe et aux États-Unis et qu'elle érige un « véritable obstacle » à l'intégration européenne de la république.. Elle précise dans une interview : « J’ai déjà utilisé le mot ‘sabotage’ et je peux l’utiliser à nouveau. »

Zurabishvili ne doute pas que le veto sera vaincu. Selon elle, l'activité de la société civile a été un plus dans la situation actuelle :

« La loi sera votée, le veto sera annulé, peut-être quelques amendements mineurs et sans intérêt seront apportés au texte. Et il faut utiliser cette énergie de la société. L'essentiel maintenant est d'avancer vers les élections. Par le Lors des élections législatives, nous organiserons un référendum sur l’Europe. L’UE doit faire savoir clairement que des sanctions ne seront pas imposées contre la Géorgie tant que le point de vue des électeurs ne sera pas exprimé le jour du scrutin.»

Selon les sondages d'opinion, plus de 80 % des Géorgiens souhaitent que leur pays adhère à l'Union européenne. En première ligne des protestations contre la loi sur les agents étrangers se trouvent la jeunesse et les étudiants géorgiens, qui incarnent la partie pro-occidentale de la société. Il y a une véritable guerre idéologique entre eux et les conservateurs, qui soutiennent pour la plupart le gouvernement. Megi, étudiante en sociologie de 22 ans, est convaincue que beaucoup dépendra de la « volonté » du pays d’adhérer à l’UE. Elle dit avec émotion :

« Ce n’est plus simplement « Non aux lois russes ! Maintenant, nous combattons sur le plan du « Non au régime russe ! et « Oui à l'Europe! » Nous descendons dans la rue tous les jours, nous devons nous battre. Et nous préparons les élections parce que nous voulons vivre dans un pays libre. »



Source link

Verified by MonsterInsights