juillet 21, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Julian Assange quitte la prison britannique et s'envole pour l'Australie (vidéo)


Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été libéré de la prison britannique à sécurité maximale de Belmarsh. Il a été emmené à l'aéroport, d'où il s'est envolé pour l'Australie.

Comment écrit BBC et d'autres médias, il a passé un accord avec les autorités américaines et est désormais libre. La société qu'il a fondée, WikiLeaks, a rapporté sur le réseau social X :

« Julian Assange est libre. Il a quitté la prison… le matin du 24 juin, après y avoir passé 1 901 jours. La Haute Cour de Londres lui a accordé une libération sous caution et l'a libéré dans l'après-midi à l'aéroport de Stansted, où il est monté à bord d'un avion en provenance de la Grande-Bretagne. »

Édition DW rapportsqu'Assange ait conclu un accord avec les autorités américaines. Il plaide coupable à une seule accusation sur 18 : complot en vue d'obtenir et de divulguer des informations sur la défense nationale. En contrepartie, il sera condamné à 62 mois déjà purgés dans une prison britannique, ce qui lui permettra de rester en liberté. Il devrait comparaître mercredi matin devant le tribunal de Saipan, un territoire américain du Pacifique.

Les accusations américaines contre Assange découlent de la plus grande fuite d’informations classifiées de l’histoire américaine. L'enquête a révélé qu'à partir de fin 2009, Assange avait conspiré avec Chelsea Manning, analyste et militante du renseignement militaire, pour publier des dizaines de milliers de rapports sur WikiLeaks sur la guerre en Afghanistan, les combats en Irak et des données sur les prisonniers de la prison de Guantanamo Bay en 2009. Cuba. Selon l'ensemble des articles, il risquait jusqu'à 175 ans de prison.

Depuis avril 2019, Assange se trouve dans la prison britannique de Belmarsh, d'où il a contesté son extradition vers les États-Unis. Avant cela, il s'est caché pendant 7 ans à l'ambassade d'Équateur à Londres, qui lui a accordé l'asile politique. Après les révélations de Wikileaks, les événements se sont déroulés ainsi pour lui, raconte la BBC :

  • Août 2010 – Les procureurs suédois émettent un mandat d'arrêt contre Assange pour viol et un chef d'agression – des allégations qu'il considère comme « sans fondement ».
  • Décembre 2010 – Assange est arrêté à Londres et libéré sous caution lors de la deuxième tentative.
  • Mai 2012 – La Cour suprême du Royaume-Uni décide qu'il doit être extradé vers la Suède pour y être interrogé.
  • Juin 2012 – Assange entre à l'ambassade d'Équateur à Londres. L'Équateur lui a ensuite accordé l'asile.
  • Avril 2017 – Le procureur général américain a déclaré que l’arrestation d’Assange était une « priorité » pour les États-Unis.
  • Mai 2017 – La Suède annonce avoir clôturé son enquête sur le viol d'Assange, après avoir précédemment interrompu d'autres enquêtes.
  • Novembre 2018 – Il est révélé que le ministère américain de la Justice a secrètement porté plainte contre lui.
  • Avril 2019 – Assange est arrêté au Royaume-Uni après que le gouvernement équatorien a révoqué son asile. Il est reconnu coupable d'avoir enfreint la loi sur la libération sous caution et envoyé à la prison de Belmarsh.
  • Mai 2019 – Assange est condamné à 50 semaines de prison. Il continue d'être détenu après avoir purgé sa peine.
  • Janvier 2021 – Un juge décide qu’Assange ne peut pas être extradé vers les États-Unis.
  • Décembre 2021 – Le gouvernement américain remporte sa tentative d'annuler la décision de refuser l'extradition d'Assange.
  • Avril 2022 – Le ministre de l'Intérieur du Royaume-Uni signe l'ordonnance d'extradition d'Assange après s'être vu refuser l'autorisation de faire appel de la décision de décembre 2021. Il fait appel de la dernière ordonnance d'extradition en juillet.
  • Juin 2023 – Assange perd le dernier appel d’extradition.
  • Mai 2024 – La Haute Cour du Royaume-Uni décide qu’il peut déposer un nouvel appel d’extradition.
  • Juin 2024 – Assange est libéré sous caution et libéré de prison après avoir négocié un accord de plaidoyer avec les autorités américaines.

Le créateur de WikiLeaks a passé 1 901 jours en prison. L'accord n'est pas encore officiellement finalisé, indiqué dans WikiLeaks. Assange ne sera pas détenu aux États-Unis et se verra créditer le temps passé en détention au Royaume-Uni. L’accord de plaidoyer devrait être finalisé mercredi devant le tribunal des îles Mariannes du Nord. Il devrait retourner en Australie, selon le ministère américain de la Justice.

9_6.jpg - 26,19 Ko

Aux termes du nouvel accord, Les procureurs du ministère américain de la Justice réclameront 62 mois de prison contre le lanceur d'alerte australien. Assange a passé beaucoup de temps dans une prison à sécurité maximale à Londres. Le tribunal des îles Mariannes du Nord, un territoire organisé non constitué en société des États-Unis, devrait statuer le 26 juin.

Aux USA, le créateur de WikiLeaks accusé de 18 chefs d'accusation, dont vol d'informations classifiées, espionnage et complot en vue de pirater des réseaux informatiques. S'il est reconnu coupable, il risque jusqu'à 175 ans de prison.

Selon Washington, Assange a reçu des documents classifiés relatifs aux opérations militaires américaines en Irak et en Afghanistan du soldat américain Bradley Manning (qui a ensuite changé de sexe et est devenu Chelsea Manning). Cela mettait en danger la vie des informateurs des services de renseignement américains, selon les autorités américaines. Dans le même temps, les partisans d’Assange notent qu’à la suite de la publication de documents sur WikiLeaks, le public a pris connaissance des crimes commis par les soldats américains au Moyen-Orient.

De 2012 à 2019, Assange s'est réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres, craignant d'être arrêté sur la base d'un mandat européen émis par la Suède sur la base d'une affaire de viol. Le fondateur de WikiLeaks n'a pas reconnu sa culpabilité et a indiqué que la Suède pourrait l'extrader vers les États-Unis. Les autorités judiciaires suédoises ont par la suite abandonné leur enquête préliminaire sur le lanceur d'alerte.

En avril 2019, l’Équateur a privé d’asile le créateur de WikiLeaks, invoquant des violations des conventions internationales. Au même moment, le lanceur d’alerte a été arrêté à l’ambassade du pays sud-américain.

Il y a un mois:

Film documentaire sur le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, Risk 2017 :





Source link

Verified by MonsterInsights