avril 20, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Résultats des élections du 25 juin : gouvernement fort, opposition officielle faible et petits partis forts

Les élections répétées du 25 juin appartiennent au passé, mais leurs résultats affecteront le pays pendant encore plusieurs années, écrit le rédacteur en chef de Pronews, Theophrastos Andreopoulos.

A première vue, on peut tirer les conclusions suivantes : la Nouvelle Démocratie est sortie de ces élections non seulement sans perdre de voix, mais aussi en se renforçant, tandis que l’opposition officielle a subi une véritable défaite écrasante. A tel point qu’avec les 48 sièges qu’elle a remportés grâce à ses maigres résultats aux élections, elle ne pourra même pas déposer une objection formelle au futur gouvernement.

Dans le même temps, l’écart entre la Nouvelle Démocratie et SYRIZA est d’environ 22 points, ce qui lui donne raison de gagner encore quatre ans à l’expiration du mandat en cours, à moins qu’il n’y ait des situations miracles qui équilibrent fortement l’énorme « écart » électoral.

Un nouveau mandat fort a été donné à Kyriakos Mitsotakis par les électeurs lors des élections de dimanche, et puisqu’il a remporté 158 sièges au parlement, il est raisonnable de supposer que son gouvernement aura un horizon de quatre ans. Au total, il devra faire face à une opposition composée de sept partis différents, qui devraient développer une concurrence féroce entre eux.

Nouvelle Démocratie aura une autonomie confortable dans le nouveau parlement, alors que pour qu’une proposition de destitution soit déposée contre elle, une alliance de partis d’opposition devra le faire.

Le grand perdant du second tour est également le leader du SYRIZA, Alexis Tsipras. Les notes de son parti se sont effondrées pour la deuxième fois consécutive et sont tombées en dessous de 18%, perdant près de 14 points par rapport à il y a quatre ans. Il a payé un lourd tribut pour sa façon de diriger l’opposition depuis 2019.

Ne cachons donc pas la réalité… Ce n’est pas le gouvernement lui-même qui a été jugé dans ces doubles élections nouvelle démocratie, et l’opposition SYRIZA. Il a perdu 2,24 % supplémentaires, mais une petite partie a été convertie en gains pour le PASOK et le KKE, deux partis qui se sont avérés légèrement plus forts. Le premier a augmenté sa force de 0,40% par rapport à mai dernier, et le second – de 0,45%. Cependant, en chiffres absolus, ils ont perdu des voix, mais ils ont finalement gagné, grâce au pourcentage élevé d’abstentions !

Plus de 800 000 électeurs qui avaient voté en mai se sont abstenus lors des urnes ce dimanche. La Nouvelle Démocratie a perdu près de 300 000 voix dans l’électorat, mais en termes de pourcentage, ses pertes se sont élevées à environ 0,23 %. SYRIZA a perdu environ 260 000 électeurs, PASOK – près de 60 à 70 000, KKE – environ 26 000.

Le seul parti qui a augmenté son nombre absolu de voix est Pobeda (« Νίκη »), qui a reçu environ 20 000 électeurs supplémentaires et n’a donc pas été affecté par l’entrée au parlement du parti « Spartiates » (« Σπαρτιατών »), qui a reçu 240 mille voix, ce qui correspond à 4,66% des voix, et a pris la cinquième place.

« Solution grecque » (Ελληνική Λύση) s’est classée sixième avec le même pourcentage qu’en mai (4,45%), bien qu’elle ait été choisie par environ 20 000 électeurs de moins. Les trois partis de droite auront 34 sièges dans le nouveau parlement, puisqu’ils ont obtenu 12,79% au total.

Un pourcentage élevé d’abstentions a donné la préférence au huitième parti qui a reçu un ticket pour ce parlement, à savoir le Cours de la liberté (Πλεύση Ελευθερίας) de Zoe Constantopoulou, qui a obtenu environ 6 000 voix de moins lors de cette élection que lors des précédentes.

Bref, à la suite des élections, un trèsun gouvernement fort et autosuffisant, une opposition officielle vraiment impuissante, mais pas une opposition impuissante dans son ensemble. Les petits partis qui entrent au parlement sont capables de coincer le gouvernement de la Nouvelle Démocratie dans de trop nombreux cas, sur les questions nationales les partis de droite, et sur les questions sociales et du travail les partis de gauche.

Le vide qui existe dans l’opposition permet aux petits partis d’agir plus dynamiquement.



Source link

Verified by MonsterInsights