avril 19, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Le métropolite du Pirée affirme que l’homosexualité provoque le cancer et fustige le leader de SYRIZA


« L’homosexualité physique est scientifiquement liée à cinq formes de cancer » – déclare le métropolite Séraphin du Pirée dans son article où il critique le chef du parti de gauche SYRIZA Stefanos Kasselakis.

« Kasselakis se vante publiquement d’être un modèle pour un jeune homme malheureux [Тайлером]qu’il appelle son mari »écrit le Métropolite.

«Le leader de SYRIZA se vante publiquement du malheureux jeune homme qu’il appelle son ‘mari’ et avec qui il s’est marié’ dans un pays d’outre-mer, désignant indirectement un modèle pour la vie des jeunes et révélant sa déviation comme « C’est censé être normal », a écrit l’évêque, avertissant en même temps : « Je dois tirer la sonnette d’alarme sur un éventuel adoucissement du rejet de l’affaiblissement de l’ontologie humaine et de la profanation de la physiologie humaine qu’est la pratique corporelle tragique de l’homosexualité ».

« La pratique physique de l’homosexualité des deux sexes est la voie la plus sûre vers la cancérogenèse. C’est une vérité médicale artificiellement supprimée, puisque l’homosexualité physique est scientifiquement imputée aux cinq formes de cancer. »écrit Séraphin.

La cause de la cancérogenèse est répandue dans le monde, inexplorée »le virus du papillome humain HPV, dont 40 types sur 100 provoquent le cancer, ainsi que le virus VIH (GLOBOCAN – Centre international de recherche sur le cancer – CIRC), comme on l’écrit habituellement dans les publications en ligne modernes, » – a noté l’ecclésiastique.

« La question n’est donc pas seulement morale et spirituelle, mais avant tout sociale et médicale, concernant la santé des jeunes qui sont mal informés de la mort tragique imminente d’un cancer, due à l’inversion de l’ontologie humaine. » – a souligné Mgr Seraphim.

Il a ensuite argumenté de manière suffisamment détaillée, expliquant « fonctions du système digestif »et a mis en garde contre « mort septique, donc toute personne subissant une biopsie de la prostate doit suivre un traitement de dix jours avec un antibiotique multipotent. »

L’évêque ultra-conservateur Séraphin du Pirée, 67 ans, est un ennemi juré des homosexuels et a même accusé « Monstre sioniste international » en adoptant un projet de loi controversé sur les droits des couples de même sexe.

Texte intégral du métropolite Séraphin du Pirée, publié par la publication ekklisiaonline:

« Je vais commencer par l’évidence. Je respecte chaque personne et honore la liberté que Dieu lui a donnée, ce qui prouve de manière irréfutable notre origine innée, car si nous étions une fusion aléatoire de cellules et le produit d’une évolution inconsciente, nous n’aurions pas le choix.

C’est pourquoi je respecte le nouveau chef du parti de l’opposition officielle et je lui rends hommage en tant qu’être humain.

En tant que membre du Corps du Christ, l’Église orthodoxe, je crois au commandement de l’Évangile : « Ne jugez pas, de peur d’être jugés » (Matthieu 7 : 1) et à la question inexorable de Paul : « Quel est votre jugement sur autrui ? (Rom. 14, 4) Il ne m’est pas donné de juger mon prochain, mais par devoir de mon humble ministère, je suis obligé de surveiller la santé psychosomatique du Pasteur du Christ qui m’a été confié, en stigmatisant de honte le mal dégoûtant de l’ancien ailé, piétinant l’homme et le rabaissant ontologiquement.

Parce que, de cette manière, le nouveau président de SYRIZA-PS se vante publiquement du jeune homme malheureux qu’il appelle son « mari » et avec qui il s’est « marié » dans un pays transatlantique, établissant ainsi indirectement un modèle pour la vie des gens. jeunes et en exposant sa déviation comme une normalité imaginaire, je dois tirer la sonnette d’alarme contre l’abandon possible de la sape de l’ontologie humaine et du bouleversement de la physiologie humaine qu’est la pratique physique tragique de l’homosexualité.

J’ai maintes fois témoigné publiquement de la foi de l’Église orthodoxe, des saints apôtres et des saints pères théocratiques concernant le crime canonique de sodomie, le « colophon du mal », comme l’appelle saint Chrysostome, qui prive à jamais une personne de communion. et la participation à la vie de Dieu.

Aujourd’hui, je soulignerai les conséquences tragiques et le danger physique mortel de cette déviation extra-humaine, que la science médicale connaît et signale bien, malgré le fait que le système internationaliste « néopaïen » favorise la déshumanisation de la personne en y apposant l’étiquette « » homophobe », soit en abolissant les crimes correspondants associés à l’instinct inné, soit en supprimant les « déviations de l’instinct inné » du code psychiatrique universel, soit en institutionnalisant ces déviations mortelles dans les parlements en tant que biens et droits de l’homme prétendument légitimes, soit en criminalisant la critique des déviations. et persécuter toute opposition sérieuse.
À ce stade, il convient de rappeler que, comme l’a révélé Epoch Times, le gouvernement fédéral américain a dépensé 4,1 milliards de dollars dans des initiatives mondiales visant à faire progresser l’agenda LGBT+.

Nous comprenons donc l’ampleur du problème et de la désinformation.

La pratique physique de l’homosexualité des deux sexes est une voie sûre vers la cancérogenèse. C’est une vérité médicale vicieusement réprimée parce que la pratique physique de l’homosexualité a été scientifiquement impliquée dans cinq formes de cancer.

La cause de la cancérogenèse est le « papillomavirus humain HPV » prédominant chez l’immortel, dont 40 types sur 100 provoquent le cancer, ainsi que le virus VIH (GLOBOCAN – Centre international de recherche sur le cancer – CIRC), comme il est habituellement indiqué dans publications en ligne modernes.

Ainsi, le problème n’est pas seulement moral et spirituel, mais avant tout d’ordre socio-médical et concerne la santé publique des jeunes qui sont mal informés sur l’inévitabilité d’une mort tragique par cancer, due à l’inversion de l’ontologie humaine.

Il va sans dire que le corps désensibilisé élimine constamment des excréments corporels et héberge des millions de micro-organismes, pathogènes et non pathogènes, qui, s’ils pénètrent dans le corps par d’autres moyens, provoquent une mort septicémique. C’est pourquoi toute personne soumise à une biopsie de la prostate est doivent suivre une cure de dix jours d’antibiotiques polyvalents.

Concernant l’imaginaire progressiste et ouvert de la société américaine, projeté par les grands médias à l’occasion du « mariage » du nouveau chef de l’opposition officielle, sur l’imaginaire des droits de l’homme et de l’égalité de comportement qui ne correspond pas à l’ontologie et à la physiologie humaines, Comme il n’est pas du droit de boire de l’eau avec l’oreille ou de manger avec la main, je consacre un événement similaire enregistré il y a plusieurs siècles dans l’histoire tragique de l’humanité, au pionnier du « mariage homosexuel », l’empereur romain gay Néron, qui fut sauvé par le célèbre historien Cassius Dio de Nicée.

« Le progressiste Néron, qui incarnait les rêves des imitateurs de ses actes, fut le premier personnage marquant de l’Antiquité à épouser un homme. Selon l’historien Cassius Dio (IIe-IIIe siècle), Néron eut un double mariage. Il castra une adolescente un garçon nommé Sporus, habillé comme une femme dans une robe spectaculaire, l’a baptisé Sabina et l’a épousée comme sa femme.

Au même moment, il épousa un autre jeune homme nommé Pythagore, censé jouer uniquement le rôle d’un homme. (Cassius Dio de Nicée, Histoire romaine, Epitome de Xyphilinus, S178, f. 10-20).

Dès que eut lieu le mariage de Néron, qui entretenait effectivement une relation incestueuse avec sa mère Agrippine, un décret fut publié obligeant toutes les provinces conquises à célébrer cet événement joyeux.

Naturellement, le mariage de Néron était célébré comme une fête en Grèce. Une version similaire du mariage de Néron et Sporus nous a été transmise par Suétone (Néron, XXVII-XXIX).

Enfin, je cite, pour rappeler l’opposition persistante des Grecs au renversement de l’ontologie humaine, l’article 332, du ch. 5 « Lois » du grand législateur de l’Athènes antique Solon : « Si Athénée est une corporation, que neuf dirigeants ne naissent pas, que le sacerdoce ne naisse pas, que le démos ne s’unisse pas, que le prince ne naisse pas, que ni le endeme, ni le suprême, ni le héraut, ni l’ordonnateur naissent, ni l’ordonné, ni le guetteur, ni l’opinion, ni l’opinion, ni l’opinion, ni l’entrée des sanctuaires municipaux, ni les couronnes dans les communes les halles, ni la sortie sur la place du marché, ni la sortie sur la place du marché.

Et de sérieuses questions se posent : face à cette sombre réalité de la mort et de la maladie, un gouvernement composé de personnes raisonnables, quelle que soit sa plateforme idéologique et politique, peut-il légiférer sur le cancer et la mort comme des biens légitimes et assimiler la famille à l’article 21 de l’actuel Constitution, qui est appelée « la base de la préservation et du développement de la nation, puisque le mariage, la maternité et l’enfance sont sous la protection de l’État », avec une subversion psychopathologique de l’ontologie et de la physiologie humaines – l’homosexualité ?

Et pourtant, le même article 21, alinéa 3, stipule que « l’État veille à la santé de ses citoyens ». Cette préoccupation est-elle cohérente avec l’institutionnalisation et la promotion du « mariage » homosexuel, dont les conséquences médicales sont le cancer et la mort ?



Source link

Verified by MonsterInsights