mai 27, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

"Une justice prolétarienne armée" a revendiqué la responsabilité de l’attentat à la bombe au siège de l’IAT


Organisation « Une justice prolétarienne armée » a assumé la responsabilité de la bombe posée au siège de l’IAT et a menacé « il y aura de nouvelles attaques sanglantes. »

Le communiqué de l’organisation indique que ce sont ses « militants » qui ont posé la bombe près du siège de l’IAT. Selon eux, cette action était dédiée à ceux qui ont été tués et battus par la police. Ils ont déclaré que les appels d’avertissement visaient à empêcher les passants de devenir des victimes, car ils visaient les policiers. Ils font la « promesse » de mener des actions similaires à l’avenir, affirmant que la police a eu de la chance cette fois, mais que la prochaine fois, elle n’aura pas autant de chance.

https://www.youtube.com/watch?v=AQgBTrO5f48

En fait, dans leur déclaration, ils présagent de nouveaux coups, affirmant: « Les objectifs que nous choisissons et que nous choisirons à l’avenir – qu’il s’agisse de l’infrastructure matérielle du système ou de sa propre main-d’œuvre – seront clairement définis comme tels ».

Texte intégral de la déclaration

« Le 18/12, des militants armés de notre organisation se sont approchés du camp central MAT/ECAM (Direction des Opérations de la Police d’Attique), rue Kokkinopoulou et ont posé une bombe sous le poste de garde. Cette fois, vous avez eu de la chance, la prochaine fois, cela n’arrivera pas. Nous dédions notre action à ceux qui ont été tués, torturés, battus et violés par la police grecque. La lutte armée exige responsabilité et conscience politique.

Ce n’est pas le passe-temps de certains extrémistes ni le fétichisme de certains rêveurs. C’est un choix politique. Notre tâche principale était, est et sera à l’avenir de protéger toute personne non connectée à notre énergie. Deux appels d’avertissement ont été lancés pour garantir que les passants étaient évacués en toute sécurité, et la police a reçu des instructions détaillées.

Pour nous, et nous le soulignons, il est extrêmement important qu’aucun innocent ne soit blessé. Les cibles que nous choisirons et choisirons à l’avenir – qu’il s’agisse de l’infrastructure physique du système ou du personnel du système lui-même – seront clairement définies comme telles. Nous ne voulons risquer la sécurité de personne. Même si cela met notre propre sécurité en danger. Nous avons une énorme responsabilité liée à l’utilisation effective de tels moyens de contrôle.

La Grèce a une longue tradition historique d’organisations de guérilla urbaine. Leurs actions, conformément au contexte historique et aux conditions de l’époque, ont toujours été politiquement justes, dirigées contre les peaux et les infrastructures corrompues de l’establishment politico-économique. Avec nos actions, les proclamations creuses de la Nouvelle Démocratie, qui proclame à chaque occasion la destruction définitive des villes partisanes, se sont effondrées. Nous avons défié la doctrine tant vantée de l’ordre public en bombardant le quartier général du MAT/ECAM.

Au moment opportun, nous frapperons à nouveau, en ciblant les représentants audacieux du système politique et économique pourri, ainsi que leurs sbires en uniforme. C’est-à-dire les coupables des crimes les plus odieux commis au nom de l’État. La prochaine fois, ces salauds en uniforme seront sous la menace de nos armes. Et ce n’est pas une menace. Ceci n’est pas un avertissement. C’est un engagement.

Nous n’aimons pas les déclarations arrogantes, mais nous voulons de la cohérence pour définir le discours politique. Cet État policier s’appuie sur la force des armes, et quiconque veut le combattre doit être soumis aux mêmes normes. Nous relevons le défi et déclarons que nous parlerons le même langage que comprennent les fascistes de la police grecque. Nous l’avons pris sur la foi, les tirs d’armes de la police.

Nous avons établi que les tueurs de flics ne vont jamais en prison. Nous avons établi que les corps des parias sont la cible des tirs fascistes. Nous avons établi que N.ANNONCE – c’est juste du putain de papier. Une fois tout cela établi, le dialogue s’annule et l’arme a son mot à dire. Pendant tout ce temps, vous jouiez au ballon dans votre propre stade, avec vos propres tribunes.

Les chaînes de télévision ont couvert votre jeu avec défi, les politiciens vous ont applaudi à chaque fois que vous avez appuyé sur la gâchette, les juges vous ont libéré d’urgence. Ces jours sombres sont enfin terminés. Nous comprenons parfaitement que les fascistes en uniforme tolèrent généralement ou cautionnent le meurtre, les abus et la torture. Nous savons très bien que dans le centre semi-étatique de Megaro Maximo, on leur a fait comprendre qu’il n’y aurait aucune conséquence.

Nous comprenons également parfaitement contre qui ils sont dirigés : contre la jeunesse prolétarienne, qui fait l’expérience directe de l’exclusion sociale et des inégalités de classe, contre les mouvements politiques et de classe qui remettent en question la politique de l’État. Nous demandons à voix haute : Qu’attendons-nous d’autre ? Quelle quantité de sang doit sécher dans les rues ? Quelqu’un espère-t-il vraiment que justice sera rendue en tendant l’autre joue ?

Dans notre première déclaration, nous voulons être aussi clairs que possible. Les militants armés qui décident de rejoindre la guérilla urbaine ne sont pas des étrangers. Ce sont les gens qui habitent à côté. Ce sont vos collègues de travail, le prolétaire sur un échafaudage risquant sa vie pour un salaire décent, la fille qui vit dans les bidonvilles pendant quatre mois pour servir des boissons aux touristes au centre touristique, vos camarades de classe à l’école, vos voisins sur le piquet de grève.

Le partisan urbain se positionne comme un pôle d’opposition à l’idéologie bourgeoise et aux normes sociales dominantes. C’est dans ce contexte que nous avons choisi de former une justice prolétarienne armée pour poser modestement notre pierre dans la grande mosaïque de l’histoire et aller de l’avant. Nous tirons de précieuses leçons des expériences historiques des organisations armées précédentes, tant au niveau national qu’international.

Le gouvernement Mitsotakis place la doctrine de l’ordre public et la fameuse culture de l’excellence, la continuité politique de la modernisation sémitique, au premier plan de son élaboration politique. Ces deux directions sont la carotte et le bâton avec lesquels le parti Nouvelle Démocratie de la bourgeoisie met en œuvre la politique du gouvernement.

Au niveau politique, la doctrine de l’ordre public et de la perfection constitue le pilier du gouvernement dans ses relations avec les travailleurs. Punition quand il se comporte mal, récompense quand il obéit, apothéose quand il sert les normes sociales cultivées par la Nouvelle Démocratie à travers les médias. C’est le triptyque qui compose la production et la mise en œuvre des positions politiques gouvernementales.

Le célèbre État exécutif n’est rien de plus qu’un centre de distribution d’argent entre les courtisans du gouvernement, les hommes d’affaires malheureux et les dirigeants ministériels. La vente des biens de l’État ne s’arrête pas. La privatisation de l’énergie, des soins de santé, des universités et de l’environnement naturel accroît la rentabilité du capital grec.

Le travail est systématiquement dévalorisé et les droits acquis grâce à des luttes sanglantes deviennent soudain criminels. En même temps, au niveau international, la politique étrangère de la Grèce coïncide totalement avec la politique de l’impérialisme occidental. Dans le torrent de violence et de terrorisme de l’impérialisme, nous voyons défiler en direct à la télévision des cercueils, des jeunes dans des cadavres démembrés ou criblés de balles enterrés dans le sol, nous voyons l’hypocrisie prendre place dans les vitrines des télévisions.

Les enfants morts en Palestine martyrisée sont qualifiés de terroristes, ceux qui sont morts sous les tirs de la police en Grèce sont qualifiés de dangereux bandits, les enfants morts à Tempi sont qualifiés de victimes nécessaires à la modernisation du réseau, les migrants morts en Palestine sont qualifiés de terroristes. Les côtes méditerranéennes sont appelées envahisseurs barbares. Maintenant tout est clair : ta mort est ma mort.

Mais nous ne restons pas indifférents et reconnaissons une autre forme de violence qui fleurit dans les métropoles de l’impérialisme. Violence lorsque vous ne vous souciez pas de votre prochain et que vous ne vous souciez que de vous-même. Une violence sans sang, mais une violence qui l’efface en silence.

Le rêve d’avancement offert par la soi-disant mobilité de classe achète la conscience. La désinformation, qui est une arme entre les mains du système pour lui permettre de laver le cerveau, détruit les normes morales à tel point qu’une personne refuse de réagir aux crimes du système. Tout ce dont elle a besoin, c’est de la promesse d’une voiture à tempérament, d’un peu d’argent, d’un appartement meublé, de quelques jours de vacances d’été sans soucis et d’une sortie nocturne. Le système essaie de nous convaincre que nos vies ne peuvent exister en dehors de lui.

L’impérialisme crée un avenir sombre, plein de guerres, de pauvreté, de souffrance et de malheur. Nous disons qu’il n’est jamais trop tard pour faire le premier pas décisif. Les armes ne sont rien d’autre qu’un instrument d’action politique ; elles acquièrent un sens lorsqu’elles reflètent un contenu politique et social.

Le noyau politique de la stratégie de guérilla prolétarienne prend comme point de départ l’équilibre des relations négatives entre politique et classe et vise à développer, par la force, une proposition politique alternative avec les intérêts prolétariens en son centre. Pour achever ce voyage mouvementé, l’histoire nous oblige à faire escale dans de nombreux ports, et pour cela nous devons répondre aux questions qu’elle pose chaque jour.

L’abolition des rapports de production capitalistes se profile à l’horizon. Destruction des formes politiques de domination bourgeoise. Abandon de l’Union européenne et de l’OTAN. Transformation révolutionnaire des relations sociales.

En fin de compte, la meilleure réponse à ceux qui sont pressés de mettre fin à l’histoire des luttes et des révolutions est la lutte des opprimés qui combattent l’impérialisme et l’exploitation. La lutte des prolétaires qui s’opposent aux politiques barbares du système. De la résistance palestinienne héroïque aux manifestations antisionistes massives à travers la planète.

L’histoire est complètement imprévisible. Il suffit d’une étincelle pour allumer un feu. Et puis, si nous ne sommes pas prêts, nous ne pourrons rien faire. Après tout, chaque personne, en plus de sa croissance naturelle, a un autre dieu. C’est l’ombre de la responsabilité face à l’injustice.

Nous défendrons la justice prolétarienne pour tous ceux qui sont morts à cause des violences policières. Nous devons nous battre pour eux. Avec des armes à la main et une vision d’un nouveau monde dans nos cœurs. »



Source link

Verified by MonsterInsights