mai 30, 2024

Athens News

Nouvelles en français de Grèce

Lutte nucléaire entre les États-Unis et la Russie : va-t-on vers l’usage d’armes stratégiques ?


Les derniers jours des forces armées russes ont été diffusés sur des fréquences militaires cryptées émanant du continent russe, appelées. code « MONOLITH » à toutes les unités du commandement des sous-marins lance-missiles balistiques.

Il s'agit de transmettre un signal « T-600 » avec un identifiant de haute priorité, qui est traduit par les sous-marins lance-missiles russes par le code dit « MONOLITH ».

Ce code est en fait le signal que transmet la marine russe pour amener ses sous-marins stratégiques en préparation immédiate afin qu'ils puissent commencer à lancer des missiles balistiques à tête nucléaire.

Dans le même temps Les États-Unis ont répondu à l'ordre de Moscou sur la préparation nucléaire MONOLITHEchargeant les bombardiers stratégiques B-52H Stratofortress d'armes nucléaires. L’arme était stationnée à la base aérienne de Minot et la procédure elle-même a été rendue publique.

Réponse américaine au commandement « MONOLITH » : les bombardiers stratégiques B-52H sont « chargés » de charges thermonucléaires (vidéo)

Les bombardiers sont notamment chargés de 8 missiles de croisière AGM-129 ACM à tête nucléaire, qui constituent les principales armes nucléaires de la branche aérienne de la « triade » nucléaire américaine. Vous devez comprendre qu’un chargement similaire d’armes nucléaires a probablement été effectué sur d’autres points de déploiement.

Toute cette escalade soudaine nous fait réfléchir à la puissance nucléaire mondiale et à son potentiel destructeur, tant par rapport aux arsenaux des États-Unis, de la Russie et de la Chine, que par rapport aux puissances régionales.

Sur les quelque 12 100 ogives nucléaires dans le monde, environ 9 583 se trouvent dans des stocks militaires, destinées à être utilisées sur des missiles, des avions, des navires et des sous-marins. Les ogives restantes ont été retirées du service mais restent relativement intactes et attendent d'être démantelées. Sur les 9 583 ogives des stocks militaires, environ 3 880 sont opérationnelles (dans des bases de missiles ou de bombardiers).

Code

Parmi celles-ci, environ 2 000 ogives américaines, russes, britanniques et françaises sont en alerte. Au lieu du désarmement nucléaire, les États dotés d’armes nucléaires semblent envisager de maintenir d’importants arsenaux pour une durée indéfinie, ce qui est contraire au but et à l’esprit du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

En outre, tous les États continuent de moderniser leurs forces nucléaires à un rythme significatif, certains en ajoutant de nouveaux types et/ou en augmentant leur rôle dans la stratégie nationale et les déclarations publiques, démontrant ainsi leur engagement à maintenir les armes nucléaires dans un avenir indéfini. Un exemple typique est l’entrée en service des missiles supersoniques Avangard en Russie et la modernisation du LGM-118 Minuteman III dans l’US Air Force.

Aperçu

Newsweek écrit que l'Ukraine vient peut-être de franchir la ligne rouge nucléaire de Poutine. Selon la publication, l'Ukraine a utilisé un drone pour attaquer le radar au-dessus de l'horizon 29B6 « Container » dans la ville de Kovilkino, en République de Mordovie. Cette frappe est une possible violation de l'une des lignes rouges pour l'utilisation des armes nucléaires – « perturbation de la réponse des forces nucléaires »selon le libellé du décret du Kremlin signé par Poutine en 2020, écrit Newsweek.

L'Ukraine n'a pas officiellement confirmé les informations concernant l'attaque radar. Cependant, il est clair que de telles actions ne peuvent être entreprises sans l’approbation de Washington ou du moins de Londres. La sécurité du système nucléaire russe est une question trop sérieuse.

Lorsqu’une guerre nucléaire éclate, nous le saurons quelques minutes avant l’explosion…





Source link

Verified by MonsterInsights